Langue

Près de cinq mois après sa large élection à la tête de la Ville de Saint-Cyprien, le Nouveau Centre Thierry del Poso ne quitte pas les zones de turbulence. Un conseil municipal extraordinaire est en effet exigé, dans un courrier du 27 janvier, par l’intégralité des quatres groupes d’opposition municipale, rassemblés comme jamais. Les anciens amis de M. del Poso, constitués en un groupe baptisé « Pugnace », tout comme les groupes dirigés par la socialiste Marie-Pierre Sadourny-Gomez, l’UMP Claudette Guiraud et le divers droite Jean Roméo, s’accordent sur l’idée d’un manque de transparence dans les grandes décisions, qu’ils jugent prises en dehors des instances démocratiques. Les opposants, qui réprouvent que le Débat d’Orientation Budgétaire de Saint-Cyprien soit prochainement confié à un prestataire privé, estiment que ‘personne ne semble en mesure de gérer les affaires communales » et critiquent la stratégie touristique et sportive de Saint-Cyprien, non-concertée en Conseil Municipal. Enfin, pour dissocier définitivement la municipalité des affaires tentaculaires liées à l’ancien maire Jacques Bouille, révélées à tous en décembre 2008, ce bloc d’opposition exige que Saint-Cyprien se constitue partie civile. En guise d’observation, ce dimanche, Mme Guiraud indiquait que la majorité de M. del Poso « explose chaque jour » et manifeste une « solidarité suicidaire ».

Partager