Langue

La présence de caméras de vidéosurveillance de plus en plus performantes est en marche, notamment à Port-Vendres. Dans le cadre de son plan de déploiement, vendredi 25 mars, la commune a achevé l’installation de quatre nouveaux systèmes chargés de scruter la voie publique. Ces nouveaux systèmes, encore plus performants que les caméras classiques, offrent la possibilité d’observer 25 angles de vue supplémentaires sur la commune. Ces caméras sont placées rue Vauban, quai Pierre Forgas, sur le dojo de l’entrée du stade et sur le dôme de l’église. Ces emplacements en hauteur offrent une perspective générale enviable, de plus en plus dense, promise à éliminer la délinquance dans la ville, selon les engagements de campagne du maire, Grégory Marty, élu en 2020.

Un oeil électronique de dernière génération

La caméra fixée sur l’église Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, avec vue sur l’avenue Vauban et la périphérie du port, est la marque la plus significative de la stratégie en place. Dans le sens d’une tranquillisation renforcée, avec vue imprenable, cet oeil électronique de dernière génération participe au souhait de “sécurité pour le bien vivre” annoncé par le premier magistrat. En amont de cette extension de la vidéoprotection, Port-Vendres a recruté de nouveaux agents de police municipale, tout en mesurant ses besoins, en ressources humaines et en systèmes d’observations permanente, selon une moyenne annuelle dans laquelle intervient une saison estivale exigeante.

Dissuader aussi les dépôts sauvages

Comme les préexistantes, ces caméras tiennent un rôle dissuasif en matière d’agressions, de vols dans les véhicules, de cambriolages et de dégradations, ou encore de trafic de stupéfiants sur la voie publique. Mais elles comportent un rôle secondaire lié à la propreté, car leur rôle est aussi de pouvoir lutter contre les dépôts sauvages de détritus, notamment d’objets et matières volumineuses. Déjà, des caméras à détection de mouvements, qui se déclenchent lorsqu’un de ces dépôts indélicats est effectué, ont été branchées à Port-Vendres en 2015.

Images conservées un mois

Les nouvelles caméras sont reliées par ondes Wifi à un centre d’observation central équipé d’un enregistreur qui fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. En cas d’irrégularité ou de besoins exprimés par les autorités judiciaires, les images peuvent être réquisitionnées. Selon la Direction de l’information légale et administrative, rattachée au ministère de l’intérieur, la conservation des images est d’un mois maximum, sauf en cas de procédure judiciaire en cours. A Port-Vendres, comme dans les autres communes, l’installation des caméras a fait l’objet d’une validation par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), pour anticiper toute éventuelle intrusion dans la vie privée des habitants.

Partager

Icona de pantalla completa