Langue

Sans réelle surprise, la candidature du tandem du PS officieux incarnée par le tandem Bourquin-Frêche dans les Pyrénées-Orientales bénéficiera du soutien du parti officiel, qui a rassemblé seulement 8,9% des suffrages en Pays Catalan et 7,7% en Languedoc-Roussillon. Après cinq semaines de divorce apparent, la volonté de «battre la droite et l’extrême droite», exprimée ce lundi matin par Martine Aubry, première secrétaire générale du parti, préfigure une réconciliation. Le seul mystère, d’importance, reste l’application catalane de cette recommandation parisienne, compte tenu des dissensions réelles, ou théâtrales, manifestées ces dernières semaines entres les «deux PS». Ce lundi, le président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, Christian Bourquin, souhaite « amplifier » le résultat du premier tour et prépare la réintégration des exclus du PS, en déclarant «nous ne résistons pas à Paris, nous leur disons seulement qu’ils sont dans l’erreur». De son côté, la tête de liste Europe Ecologie, Jean-Louis Roumegas, n’a donné aucune consigne de vote pour le deuxième tour, ce lundi, en avançant l’argument qu’il n’existerait pas «risque de victoire de l’UMP ou du Front national» en Languedoc-Roussillon.

Partager

Icona de pantalla completa