Langue

En préalable aux élections du Parlement de Catalogne de cet automne, qui tiennent lieu d’élection présidentielle en Catalogne du Sud, le candidat centriste Artur Mas, membre de la coalition Convergence et Union, s’est comparé implicitement, hier, à Nicolas Sarkozy. Lors d’un meeting de lancement de sa campagne, face à 4000 personnes, dans le quartier populaire de la Vall d’Hebron de Barcelone, M. Mas a avoué une volonté d’ouverture comparable à la stratégie de Nicolas Sarkozy. Cette intervention à forte tonalité économique, avec quelques soupçons de souverainisme, sur le thème « Placer la Catalogne dans le monde », a comporté plusieurs allusions à des candidats « indépendants », proches du grand rival, le Parti des Socialistes de Catalogne (PSC). Mais ce lundi, après les remous suscités par cette annonce révolutionnaire, M. Mas a tenu à préciser qu’il ne ferait « pas nécessairement » alliance avec des membres de partis concurrents et s’est gardé de vouloir, comme un Nicolas Sarkozy, « créer des problèmes chez les autres ». Artur Mas, dont la coalition, la plus importante de Catalogne du Sud en nombre d’élus, a échoué en 2003 et en 2006 dans sa conquête du Gouvernement catalan, a pour mission de retrouver le pouvoir sur le modèle du président Jordi Pujol, en poste de 1980 à 2003.

Partager