Langue

La campagne express pour les élections municipales de Canet, dont le premier tour est prévu le 2 mai, a été lancée ce jeudi soir après le dépôt de trois listes en préfecture de Perpignan. L’UMP Bernard Dupont, actuel numéro 1 de la ville, suite au décès du maire, Arlette Franco, le 31 mars, affrontera un autre UMP, Henri Valls, sans investiture mais soutenu par le Nouveau Centre, dans une offre complétée par le PS Jean-Jacques Gueffier. Ce dernier, à la tête d’une équipe sans étiquette, a adapté l’intitulé de sa liste « Union républicaine pour Canet », aux connotations rigoristes, à la sensibilité droitière de la ville. Parmi les 99 prétendants aux 33 sièges municipaux, on remarquera la présence, sur le liste UMP officielle, du petit-fils et attaché de la députée maire défunte, David Bret, et de l’animateur musical Gérard Vidaller, membre du Mouvement Démocrate, n°3 de la liste Gueffier. Malgré les efforts déployés par son secrétaire général, Louis Aliot, le Front National n’a pas pu constituer de liste, en dépit de conditions sociologiquement favorables a canet. Le transfert des voix d’extrême droite, hautement décisif dans le scrutin, sur les listes marquée à droite, voire sur la liste « républicaine », devrait constituer un truculent enjeu d’annonces implicites.

Partager

Icona de pantalla completa