Langue

La police espagnole a saisi 47 fausses reproductions d’oeuvres de Salvador Dalí et mis fin à un trafic savamment orchestré, le 11 octobre à Barcelone, Une opération a permis l’arrestation d’un ancien directeur de galerie d’art spécialisé dans les falsifications de travaux du génie de Figueres, commercialisées sous forme de copies prétendument authentiques. Le faussaire semble avoir misé pendant plusieurs années sur la plus célèbre série créée par Dalí, « La persistance de la mémoire », populairement connue sous le nom de « montres molles« . Plusieurs dizaines de lithographies reproduisant ce concept-phare datant du début des années 1930 ont ainsi été injectées dans les circuits, avec des bénéfices juteux. Pour maquiller l’ensemble et garantir la confiance des acheteurs, de faux certificats notariés étaient joints aux oeuvres.

Enchères douteuses sur Internet

L’identitication de ce trafic a été rendue possible par la vente aux enchères, simultanément sur Internet et dans une galerie barcelonaise, de deux lithographies daliniennes portant le même numéro de série, assorties de la signature de l’artiste. Les autorités policières en ont rapidement déduit une complicité entre une galerie d’antiquités virtuelle située à Sant Celoni, au Nord de Barcelone, et une autre, traditionnelle, installée dans la capitale catalane. Au total, 47 lithographies et autant de documents notariés ont été saisis, avant d’être transmis à la Fondation Gala-Salvador Dalí, à Figueres, pour une expertise affinée et un archivage.

Partager

Icona de pantalla completa