Langue

Lancée en juin 1983, le groupe public de la Radio catalane, créée à Barcelone, s’est développée au fil des années autour de canaux thématiques sur le modèle de Radio France : Catalunya Ràdio la généraliste, Catalunya Música la spécialiste en musique classique, Catalunya Cultura l’intellectuelle et Catalunya informació, la 100% info. Mais seulement après 9 années d’existence et faute d’audience significative, Catalunya Cultura est revue de fond en comble et même débaptisée, pour devenir en 2006 un des projets radio les plus ambitieux du XXIème siècle : Icat FM, disponible sur www.icatfm.cat. La révolution est double : selon le directeur du groupe Catalunya Ràdio, Oleguer Sarsanedas, le premier objectif, très clair, est de capter le public des 25-45 ans qui peuple habituellement les magasins FNAC. En un mot, le public bobo, aussi répandu à Barcelone qu’à Paris, est visé. Il s’agit ainsi, ô subtilité, de séduire non pas ceux qui s’intéressent à la culture mais ceux qui en consomment : jeunes, urbains, actifs et zappeurs. Le secret ? De la musique de tous les continents plutôt branchée, entrecoupée d’informations culturelles, et un grand magazine culturel du soir, le tout pour un produit plus bavard que la radio FIP et plus musical que France Culture, toutes deux appartenant au groupe Radio France. La seconde évolution majeure est un projet web avant-gardiste qui augmente la diffusion du média par une écoute immédiate et sans coupures offerte par un streaming impeccable, et 3 canaux supplémentaires, un spécialisé Jazz, un de musique en catalan et un autre de musiques du monde, en plus des informations très documentées sur les émissions. En plus, cette véritable radio pour le web est jolie à voir.

Pour la première fois, le web sauve l’audience d’une radio

La version Internet d’Icat FM offre des résultats globalement positifs que l’on pourrait interpréter comme mitigés, l’objectif initial de 50.000 auditeurs quotidiens n’étant pas atteint, seulement 20.000 personnes ayant répondu présent en 2008. Mais le succès provient, par compensation, provient des records d’audience par le web, avec la volumineuse somme de 3.700 000 pages vues au mois de juillet 2008. Icat FM remporte ainsi le pari, pour son public, d’être incontournable sur la toile, et de constituer, pour les professionnels européens et mondiaux, un modèle d’avenir futur en webradio. Car l’avenir du média est sans doute là, une fois résolu le problème de la diffusion en streaming et de sa qualité. A terme, le support technique multimédia intégrera obligatoirement ce type de média, notamment en support portable, dans une utilisation qui restera sans doute classique mais que l’on pourra écouter dans le monde entier : tout comme la télévision, les sites web et tous les supports écrits, la radio se déterritorialise. Aucune véritable nouveauté, en dehors de l’adaptation des médias classiques au format web : on peut tout imaginer, du multi-canal à tout un ensemble d’informations, en passant par le Podcast et bien sûr l’interactivité, en pleine voie expansion. Pour l’heure, Icat FM affiche une étonnante longueur d’avance dans sa programmation, parfaitement adaptée à une longue durée d’écoute, propre à l’accompagnement des activités professionnelles ou de séquences ludiques qui rappelle les radios autoroutières pensées pour les longs trajets.

Partager

Icona de pantalla completa