Logo
sol10º
Barcelona
nuvols_parcials10.4º
Girona
nuvols_parcials13º
Perpignan
nuvols
Toulouse

Lundi 10 décembre 2018. 10:54h
publicitat



Vidéo

Le Canigó en VTT par la cheminée, 2018

Newsletter

Vous recevrez très bientôt les infos de La Clau

Nom


e-mail


     

   


Syndication


Actualité


Société
L'ancien Président catalan était pressenti le 4 septembre

Puigdemont évitera Perpignan par crainte d'une arrestation

Samedi 11.8.2018. 04:00h
Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont espérait rentrer en Catalogne en venant à Perpignan, le 4 septembre, mais ce projet est balayé par l'avocat Gonzalo Boye, qui redoute une arrestation, acceptée par le Président de la République, Emmanuel Macron.

L'ancien Président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, ne reverra pas son pays en séjournant en Catalogne du Nord. Cette éventualité émise le 27 juillet visait le 4 septembre, à l'occasion du festival mondial de photojournalisme Visa pour l'Image de Perpignan. Le leader indépendantiste aurait participé à un débat sur la crise politique catalane, mais ce séjour lui est déconseillé. Le 9 août, l'avocat Gonzalo Boye, défenseur du député indépendantiste Antoni Comín, exilé à Bruxelles avec Carles Puigdemont, a dissuadé ce dernier, par crainte d'une action des autorités françaises. En effet, la France est signataire d'un accord avec l'Espagne, dans la cadre du démantèlement de l'ancienne organisation basque ETA. Potentiellement, ce partenariat rend possible une arrestation de Carles Puigdemont par la gendarmerie, contre la décision du tribunal allemand qui a rejeté les accusations de rébellion et de sédition présentées par le juge espagnol envers l'ex-Président. Une arrestation de Carles Puigdemont à Perpignan, suivie d'une extradition acceptée par le Président de la République, Emmanuel Macron, constitue un scénario redouté par Me Boye.

Carles Puigdemont, ancien Président du gouvernement catalan © ACN
Carles Puigdemont, ancien Président du gouvernement catalan © ACN







publicitat

Commentaires

2. Oun Tal 08.12.2024. 06.39h

Macron complice des juges néofranquistes? On s'en serait douté. Surtout, ne pas déranger le marché. Il ne lui manque plus, en tant que coprince à interdire le catalan en Andorre.


1. serra 10.7.2024. 08.19h

Non seulement Macron ampute notre pouvoir d'achat ( personnellement je perds 60 euros par mois sur ma retraite), combat férocement tous les droits des salariés (réforme régressive du code du travail et réforme à venir du statut des fonctionnaires) et encourage les polices parallèles (affaire Benalla) mais encore fait chorus avec les autorités espagnoles en ayant des velléités, suivant votre article, de pourchasser Carles Pui...
Lire tout le commentaire


5 -10 -20 -Tous
1



Commentaires

Votre commentaire, envoyé avec succès, sera validé très bientôt.
publicitat


Les commentaires liés aux informations publiées par La Clau engagent exclusivement la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de La Clau.
© la-clau.net, 2006-
Blogs | Crédits | Mentions légales | PUBLICITÉ | CONTACT
some rights reserved   generalitat