Logo
nuvols_parcials25º
Barcelona
sol25.1º
Girona
sol29.0º
Perpignan
sol27º
Toulouse

Mercredi 19 septembre 2018. 15:53h
publicitat



Vidéo

Teaser Start'Université de Perpignan 18

Newsletter

Vous recevrez très bientôt les infos de La Clau

Nom


e-mail


     

   


Syndication


Actualité


Politique
Le Front National a obtenu 50,65% dans un bureau de Perpignan 7

Ce Perpignan chic qui a voté majoritairement FN

Mardi 1.4.2014. 00:00h
La victoire du maire UMP sortant de Perpignan, Jean-Marc Pujol, au second tour des élections municipales, a comporté une performance inédite du Front National. L'extrême droite a réalisé un score supérieur à celui du maire dans le quartier qui jouxte la route de Canet-en-Roussillon, sur un ensemble de 2400 inscrits sur les listes électorales. Face au FN, l'UDI invite à la vigilance et l'ex-candidat Axel Belliard, du Parti de Gauche, se pose en acteur de rassemblement.

Le résultat des élections municipales de Perpignan, remportées par le maire sortant, Jean-Marc Pujol, fait réagir le futur chef de l'opposition, Louis Aliot, qui s'estime porteur d'un "vote d’espoir et de renouveau". Les 12 futurs conseillers municipaux FN affirment vouloir défendre des "valeurs traditionnelles et républicaines, de la famille, d’un strict respect de la laïcité (...) d’une grande ambition pour notre cœur de ville ainsi que d’un véritable projet économique au service de nos jeunes". Mais l'extrême droite se prépare aussi à insister sur des conquêtes, comme celle du bureau de vote du Pôle Scolaire Claude Simon, dans le canton Perpignan 7. Les urnes y ont recueilli 21 voix d'avance pour M. Aliot, à 50,65 %, contre 49.35 % pour M. Pujol, pour un total de 2398 inscrits et 1745 votants. Ce Perpignan de la périphérie chic, éloigné des problématiques du centre, est sorti de terre dans les années 2000, près de la route de Canet. Aisée voire très aisée, principalement résidentielle, cette zone sans insécurité significative ni mixité culturelle et sociale, jalonnée de villas ceinturées, a vraisemblablement exprimé la crainte d'une extension de la tension des quartiers historiques. Après consultation des chiffres de la présidentielle de 2012, ce secteur permet d'identifier des transferts électoraux, du PS et de l'UMP, vers le Front National.

Belliard se prépare, l'UDI sera vigilante

De son côté, l'ancienne tête de liste de "Place aux Perpignanais(e)!", Axel Belliard, membre du Parti de Gauche, invite le maire à "changer de politique afin de répondre enfin aux graves problèmes qui gangrènent notre ville". La conclusion du scrutin ne le "réjouit en rien" et l'échec de la gauche lui paraît être le fruit des "incohérences du PS au niveau national et de guerres d’égos sur le plan local". Avouant que la gauche n'est plus une "alternative crédible aux yeux des Perpignanaises et des Perpignanais", il encourage à la "reconstruire", en se positionnant comme acteur de ce chantier. Comme Louis Aliot, Axel Belliard pense fermement à la prochaine échéance municipale, prévue en 2020, tandis que l'Union des Démocrates et Indépendants (UDI), partenaire de Jean-Marc Pujol, souhaite d'abord que l'équipe majoritaire sache "tenir compte" des responsabilités prises lors du scrutin "au centre" et "à gauche".  Au nom du parti de Jean-Louis Borloo, la sixième membre de la liste gagnante, Nathalie Beaufils, estime nécessaire de "s'adresser aux nombreux Perpignanais qui ont exprimé leur colère, leur inquiétude" et juge que le Front National ne "peut répondre à leurs préoccupations". Pour la formation centriste, le mandat à venir cela celui de la "grande responsabilité".

Chemin de la Roseraie, Canton VII, Perpignan © Google Maps
Chemin de la Roseraie, Canton VII, Perpignan © Google Maps
© La Clau
© La Clau








publicitat

Commentaires

10. jef - Perpignan 01.4.2014. 00.00h

Suite - Si l'on se focalise sur le vote Pujol (il ne faut oublier qu'il incarne la droite) et que l'on parle de ce que vous appelez ce "Perpignan chic", sa désaffection si désaffection il y a pour Mr Pujol, ne peut qu'être relative à son bilan. Voyons les choses simplement. Que le PS ait pris un coup de bambou consécutif aux errements du gouvernement est une chose. En ce qui concerne la droite il s'agit d'un vote local.


9. Jef - Perpignan 01.4.2014. 00.00h

Il s'agit en premier lieu de bilan, il ne faudrait pas l'oublier.Puis viennent des motivations plus personnelles par rapport au FN.Cette question de niveau social ne tient pas la route.Si le bilan de Mr Pujol avait été positif il aurait été en tête au premier tour. Pour le reste, on pense déjà aux prochaînes échéances, ça laisse rêveur !!!


8. Claude 01.4.2014. 00.00h

www.liberation.fr/politiques/2014/03/31/a-perpignan-le-clientelisme-a-de-beaux-jours-devant-lui_991965  

Avez-vous lu cet article.....ça laisse songeur . A Perpignan , le clientélisme à de beaux jours devant lui ......


7. Pierre 01.4.2014. 00.00h

Comme quoi l'argent ne préserve ni de la bêtise ni de l'inculture.


6. Ecureuil de Saleilles - Saleilles 01.4.2014. 00.00h

Le perpignan "chic" comme vous dites, en a marre de voir cette ville de Perpignan s'enfoncer dans la crise, le chômage, l'insécurité et le clientélisme. La ville n'a jamais été aussi sale, aussi peu mise en valeur, aussi dénigrée par la France entière. Les perpignanais aisés veulent voir la ville se dynamiser, attirer les cadres et les entreprises renommées et veulent mettre fin à la dynastie Alduy qui ...
Lire tout le commentaire


5 -10 -20 -Tous
1
-
2 >



Commentaires

Votre commentaire, envoyé avec succès, sera validé très bientôt.
publicitat


Les commentaires liés aux informations publiées par La Clau engagent exclusivement la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de La Clau.
© la-clau.net, 2006-
Blogs | Crédits | Mentions légales | PUBLICITÉ | CONTACT
some rights reserved   generalitat