POLITIQUE

Rajoy provoque la Catalogne : la Constitution "n'est pas un jouet"

Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy © Partido Popular
Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy © Partido Popular
Le Partido Popular espagnol s'est réuni comme un seul homme, ce samedi 13 décembre, pour célébrer la Constitution face aux envies d'émancipation de la Catalogne. Le Premier ministre et président du parti conservateur, Mariano Rajoy, estime que le texte fondateur de l'Espagne actuelle n'autorise pas les "frivolités", les "adaptations" et les "arrangements".
Le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, en mesure d'assouplir la Constitution espagnole pour résorber le cas catalan, est catégorique. Il n'accepte pas les "frivolités, adaptations et arrangements", selon ses déclarations, effectuées vendredi 12 décembre face aux cadres du Partido Popular, à Ségovie. Un forum exclusivement consacré à la défense de la charte qui fonde le Royaume d'Espagne s'est conclu par une déclaration de revendication de la Constitution. Cette mobilisation nationale était en réalité vouée à contrer les velléités de la Catalogne. Actuellement, Mariano Rajoy est incité par le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) à donner de l'oxygène à la Constitution, afin de faire émerger une Espagne fédérale, qui épongerait le processus indépendantiste. Mais la Constitution espagnole "n'est pas un jouet et n'admet par la plaisanterie", a-t-il lancé. Le texte n'est pas "intouchable", mais sa modification devrait répondre à "l'intérêt général des Espagnols".