POLITIQUE

Catalogne: la gauche indépendantiste suivra-t-elle le plan Mas ?

Pacte entre Artur Mas et Oriol Junqueras © Directe.cat
Pacte entre Artur Mas et Oriol Junqueras © Directe.cat
Le leader d'Esquerra Republicana Oriol Jonqueras donnera une conférence ce mardi 2 novembre à 19h30 durant laquelle il répondra à la proposition du président Mas, présent dans l'assistance. 

Le propre d'un grand politique est d'être imprévisible. Le président du gouvernement Artur Mas a mis la barre très haut le 25 novembre dernier en proposant un plan de 18 mois pour construire l'indépendance de la Catalogne. Dans une démarche très gaullienne, il a proposé au pays et à son peuple un scenario simple, n'hésitant pas au sacrifice de sa propre personne politique. Des élections législatives dotées d'une liste unique d'unité nationale et composée pour moitié de politiques et pour moitié de personnalités de la société civile pour un mandat unique de 18 mois aurait comme mérite d'être indiscutable au niveau international. Le mouvement citoyen ANC, organisateur des manifestations à 2 millions de personnes l'a d'ailleurs suivi.


Quelle marge de manœuvre pour la gauche indépendantiste?

L'autre grand acteur du mouvement indépendantiste, Oriol Junqueras, dont son parti ERC - Esquerra Republicana de Catalunya - pourrait selon les sondages être le premier parti de Catalogne, pourrait disputer le leadership du mouvement au président Mas dans une logique plus partidiste. En effet, la porte-parole du parti ERC, Anna Simó, a déclaré ce lundi 1er décembre "qu'il faut une formule transversale gagnante" et que "nous avons besoin des indécis pour une majorité incontournable. La formule gagnante est celle qui regroupe les convaincus et les indécis". L'irruption du parti de gauche alternative Podemos sur la scène politique espagnole est en effet un sérieux candidat face à l'indépendance, surtout dans l'aire métropolitaine de Barcelone. Il est surtout une sérieuse concurrence à gauche au parti ERC, allié durant deux ans au parti de droite catalane CiU du président Mas. Dans ce contexte, Oriol Junqueras pourrait proposer des élections avec des listes de partis, mais avec un parapluie programmatique commun  face au défi de l'indépendance. Ce tacticisme excessif pourrait nuire au processus, sachant que l'accès à la souveraineté nationale a le plus souvent été dans l'histoire la rencontre d'un homme et son peuple, par-dessus la politique partidiste.