ECONOMIE

Le grenat, plus "bel ambassadeur de Perpignan"

Perpignan, début du XXe siècle © Institut du Grenat
Perpignan, début du XXe siècle © Institut du Grenat
La promotion du Grenat de Perpignan, engagée en 2009, occasionne plusieurs jours de fête, fin novembre. Parallèlement, le Secrétariat d'Etat à l'Artisanat est chargé de défendre une Indication Géographique Protégée (IGP), pour donner de l'élan à une économie ancestrale, tournée vers l'avenir.
Pierre à bijoux de haute tenue, le Grenat de Perpignan ronronnait dans la tradition ancienne lorsqu'un l'Institut du Grenat, parrainé par l'Union européenne, a choisi de le dynamiser. Dans ce sens, la fête de la Saint-Eloi, patron des bijoutiers et des orfèvres, est attendue dimanche 30 novembre à Perpignan. Elle assurera la promotion d'un produit rouge profond, attaché au territoire et à sa société. Un savoir-faire d'exception fera l'objet d'une fête traditionnelle, en costumes et musique du début du siècle dernier. Une exposition visible jusqu'au 4 janvier 2015 à la Casa Xanxo, quartier Saint-Jean, mettra en évidence la modernité du grenat, en lien avec l'Art Nouveau et l'Art Déco, de 1900 à 1937. Les organisateurs rappeleront l'ambiance raffinée d'un Perpignan éloigné de son actualité la plus désagréable. Une conférence, une théâtralisation et le spectacle "Et Perpignan entra dans la Modernité" (1900-1940) sont au programme.

L'économie du Grenat, une ambition à confirmer

Le fondateur de l'Institut du Grenat, Laurent Fonquernie, qui soulignait en 2010 la "vocation économique et patrimoniale" du produit, a été récompensé en mars 2013 par l'annonce d'un processus de labellisation. En octobre dernier, la secrétaire d’Etat à l’artisanat, Carole Delga, a rencontré à Perpignan le professionnel Maxime Creuzet-Romeu. Après avoir exercé à Paris, où il a fourni Naomie Campbell, Adriana Karambeu et Céline Dion, ce bijoutier a rejoint l'atelier familial, dans le même quartier Saint-Jean. La suite attendu est un classement du Grenat de PErpignan Indication Géographique Protégée (IGP). Selon son institut, le bijou est le "plus bel ambassadeur de Perpignan". Une confrérie de 10 professionnels, principalement présents dans la ville, est également représentée à Amélie-les-Bains, Bourg-Madame et Prades. La capitale du Conflent abrite la Bijouterie Calvet, plus vieil atelier du Pays Catalan, fondé en 1804. La capacité de renouvellement est démontrée par Alain Pagès, à Ille-sur-Têt, artisan et président du Syndicat des Bijoutiers des Pyrénées-Orientales.
Participant a la festa de Sant Eloi 2013, Perpinyà © Institut del Granat