POLITIQUE

Jean-Paul Alduy adoube définitivement Romain Grau

A l'approche des municipales, l'élu sur le départ parraine un probable leader

Romain Grau, vice-président de l'agglomération Perpignan-Méditerranée. Place Cassanyes, PErpignan, janvier 2014 © Didier Rosquellas
Romain Grau, vice-président de l'agglomération Perpignan-Méditerranée. Place Cassanyes, PErpignan, janvier 2014 © Didier Rosquellas
A moins de 60 jours de sa retraite politique, le président de l'agglomération Perpignan Méditerranée, Jean-Paul Alduy, appuie sa préférence pour l'élu Romain Grau, révélée en 2009. L'agglomération méritant une direction "au-dessus de la mêlée", rassemblant des sensibilités variées, seul le profil de l'avocat fiscaliste, âgé de 38 ans, semble adéquat pour l'ancien maire de Perpignan.
Une semaine après l'annonce de sa retraite politique, le président de l'Agglomération Perpignan Méditerranée et maire de Perpignan de 1993 à 2009, Jean-Paul Alduy, est salué par son parti, l'Union des Démocrates et Indépendants (UDI). Dans un communiqué flatteur, en date du 6 février, le parti centriste souligne la volonté du futur ex-élu, qui renonce aux élections européennes malgré les informations circulant en 2013, de "transmettre à la nouvelle génération". La formation aux 800 adhérents en Pays Catalan estime que la principale personnalité politique du territoire a livré aux habitants de Perpignan "son talent, son énergie positive, son ambition collective et son amour des gens". Elle s'attache aussi à citer la "famille centriste" comme celle qui "s’assigne comme objectif de construire la meilleure société possible, avec pragmatisme, responsabilité et humanisme". Le parti relaie le souhait de Jean-Paul Alduy d'«encourager les nouvelles générations» et de "préserver le potentiel de sa ville", à laquelle il aura "consacré toute son intelligence".

"Au-dessus de la mêlée pour écouter les maires"

Le nom de Romain Grau, délégué de l'UDI des Pyrénées-Orientales, n'est pudiquement pas cité par son parti parmi les composantes de la nouvelle génération. Cet élu perpignanais, né en 1975, reste le plus jeune et le plus qualifié des nouvelles pousses du Roussillon, tout en assurant une maturité surprenante. Elève de l'Ecole Nationale d'Administration (ENA) Promotion Léopold Sédar Senghor 2004, à l'égal du secrétaire général adjoint de la présidence de la République Emmanuel Macron, l'enfant du pays détient une somme d'atouts enviée. Jean-Paul Alduy exprimait le 31 janvier sur France Bleu Roussillon tous ses espoirs envers celui qu'il a propulsé en 2009 au poste de vice-président de la communauté d'agglomération "dans une mission essentielle qui est le développement économique". Jugeant que le rôle de président de l'ensemble territorial qu'il a lui-même bâti depuis 2001 exige un profil "suffisamment au-dessus de la mêlée pour écouter les 36 maires", sachant "vendre notre territoire", le passeur de générations a affirmé sans détours que Romain Grau "a toutes les qualités pour assumer cette fonction".

Ecoutez l'interview de Jean-Paul Alduy sur France Bleu Roussillon, le 31 janvier 2014.
Jean-Paul Alduy, president de la mancomunitat Perpinyà Mediterrània / DR