POLITIQUE

Mas veut pacter avec Rajoy le référendum sur l'indépendance

Le président catalan s'adresse à Madrid pour épuiser la voie diplomatique

Mariano Rajoy reçoit Artur Mas à Madrid, 1er février 2013  © La Moncloa
Mariano Rajoy reçoit Artur Mas à Madrid, 1er février 2013 © La Moncloa
Fait inédit au sein de l'Union européenne, le gouvernement catalan organisera en 2014 une référendum sur l'indépendance, que l'Etat espagnol refuse en bloc. Pour mettre les formes, le président catalan, Artur Mas, vient d'adresser une lettre au président espagnol, Mariano Rajoy, afin d'instaurer un "dialogue" et une "négociation".
Le processus souverainiste engagé en 2011 par le gouvernement catalan s'accompagne d'une lettre officielle du président catalan, Artur Mas, adressée ce 26 juillet au président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy. Cette étape est prévue par un "Pacte national pour le droit à décider", qui réunit depuis le 27 juin plus de la moitié des députés du Parlement de Catalogne. Dans sa missive, le chef de l'exécutif catalan, rappelle la "volonté d'auto-gouvernement du peuple catalan, exercée ou réclamée de manière réitérée depuis plusieurs siècles". Il regrette l'épisode déclencheur du 28 juin 2010, constitué par une décision de la Cour constitutionnelle espagnole annulant l'approbation du statut d'autonomie catalan validé par référendum en 2006. Artur Mas, artisan de la grande césure catalane du nouveau siècle, cite les "refus de toute sorte" de Madrid, dont celui, exprimé le 20 septembre 2012, d'améliorer la redistribution du fruit de l'impôt en Catalogne, le "Pacte fiscal".

Epuiser les arguments diplomatiques envers Madrid

Le courrier de M. Mas épuise l'ensemble des arguments qui auraient pu donner lieu à une nouvelle entente entre la Communauté autonome de Catalogne et l'Etat espagnol. Face au "blocage", le leader du nouvel indépendantisme catalan défend une consultation démocratique sur la création d'un Etat catalan, soutenue par un "Conseil assesseur pour la Transition Nationale" que l'Etat espagnol se refuse à reconnaître. Il s'agit pour lui d'obtenir l'appui de Madrid pour un référendum, en employant la voie diplomatique la plus noble, quitte à obtenir un prévisible refus. Artur Mas s'avoue "conscient" de la "position contraire" de M. Rajoy quant à ce projet, mais invite ce dernier à aborder le sujet "de manière pactée", par le "dialogue" et la "négociation", pour une consultation, dont on murmure qu'elle se déroulerait dans la première quinzaine de septembre 2014.