SOCIÉTÉ

Travail clandestin en Roussillon : 9 infractions sur 101 ouvriers contrôlés

Bilan chiffré d'un contrôle mené fin juin par la préfecture des Pyrénées-Orientales

© SFIC
© SFIC
Fin juin, le Comité Départemental Anti-Fraude (CODAF) des Pyrénées-Orientales, co-présidé par le préfet et le Procureur de la République, a contrôlé 33 chantiers et constaté 9 infractions au droit du travail, sur 101 salariés. Le travail au noir dans le BTP est ainsi inférieur à 10 % sur un échantillon de trois communes du Roussillon.
Dans les Pyrénées-Orientales, le travail clandestin occupe une place difficilement quantifiable, mais un bilan dévoilé ce 26 juillet par la préfecture de Perpignan fournit une orientation de poids. Ce document fait suite à trois contrôles, effectués les 25 et 26 juin dans les communes de Bompas, Pézilla-la-rivière et Espira de l'Agly, en plaine du Roussillon. L'opération, exclusivement ciblée sur le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics (BTP), a comporté l'inspection de chantier réalisés par 33 entreprises. Elle s'est soldée par 9 infractions constatées sur 101 salariés, notamment pour travail dissimulé, prêt illicite de main d'oeuvre et défaut de domiciliation fiscale en territoire français. Par ailleurs, quatre chantiers ont été stoppés par les services de l'Etat, en raison de graves problèmes de sécurité.

Le "CODAF" veille toute l'année

Cette opération était coordonnée par le Comité Opérationnel Départemental Anti-Fraude (CODAF), qui regroupe la gendarmerie, la police, la direction fiscale et la direction du travail. Son but était de contribuer à un "civisme économique" et au "respect du droit du travail", comme l'indique la communication préfectorale. Le Procureur de la République à Perpignan et le préfet des Pyrénées-Orientales, co-présidents de cette structure, assurent aussi le suivi judiciaire relatif aux infractions, dans le cadre d'une démarche de vérifications sur le terrain, effectuée tout au long de l'année.