ECONOMIE

1er TGV Perpignan-Barcelone, le 8 janvier 2013

Annonce définitive du ministère espagnol des Travaux publics

Gare TGV El Centre del Món, Perpignan © SNCF
Gare TGV El Centre del Món, Perpignan © SNCF
L’Etat espagnol a dévoilé le 4 décembre la date officielle du 8 janvier 2013 pour la mise en circulation des tout premiers Trains à Grande Vitesse entre Figueres et Barcelone. La capitale catalane sera accessible depuis Perpignan pour un tarif, non-officiel, qui avoisinera 58 euros pour un aller simple.
Le tout premier TGV joignant la gare du Centre del Món de Perpignan à celle de Sants, à Barcelone, sera lancé le 8 janvier 2013, selon les indications officielles communiquées le 4 décembre par le ministère espagnol des Travaux Publics. Cette échéance semble tenable dans la mesure où les essais techniques se multiplient jour et nuit sur la partie Figueres-Barcelone de cette ligne de 175,4 km. Le temps de parcours intégral se rapprochera d’1h18 en raison d’un changement obligatoire en gare de Figueres-Vilafant, dans les deux sens, faute de liaisons directes à bord d’un même train, disponibles en avril.

58 euros le billet Perpignan-Barcelone


L’utilisation réelle du TGV Perpignan-Barcelone et son appropriation par le public sont fonction de la tarification. Sans données officielles, une addition du prix de l’actuel Perpignan-Figueres, de 16,10 euros à 20,80, ajouté à celui du Figueres-Barcelone, établi proportionnellement au Barcelone-Tarragona, produit un résultat proche de 58 euros pour un aller simple. Les choix arrêtés par la société commerciale internationale Elipsos, composée à parts égales de la SNCF et de son homologue espagnole, la RENFE, auront ajusté cette évaluation en avril 2013, à l’ouverture de la ligne en continu. De toute évidence, débourser 100 euros depuis Perpignan pour un aller-retour vers la ville du Barça comportera une certaine sélectivité sociale.

Interrogations sur les horaires


La discrétion des sources françaises et espagnoles, présageant une annonce conjointe, ne permet pas d’affirmer le maintien des horaires actuels du Perpignan-Figueres, bi-quotidiens, au profit du Perpignan-Barcelone. Une incertitude persiste également sur la nature des convois affectés, partagée entre des TGV classiques au design français ou espagnol et des trains « Avant », de catégorie inférieure et moins rapides. Une tendance persistante, émanant de la société espagnole Adif, gestionnaires du réseau en Espagne, indique cependant la mise en place au quotidien, depuis Figueres, de 8 liaisons TGV, poursuivant le trajet jusqu’à Saragosse et Madrid, et 8 liaisons Avant, comportant des arrêts à Barcelone et Tarragona, avec Lleida pour terminus. Le déficit d’informations relatif à la grande vitesse entre le Roussillon et la capitale catalane l’ingénierie sur mesure qui s’impose aux acteurs mobilisés.
Estació de Sants, Barcelona © Maya Gutiérrez