SOCIÉTÉ

Plagiat artistique : qui a inventé les cadres vides de Collioure ?

Point 2 vue - Collioure, juillet 2008
Point 2 vue - Collioure, juillet 2008

Une affaire de plagiats en cascade fait quelques remous sur la Côte Vermeille suite au coup de gueule de l’artiste parisien Marc-André de Figuères, début août, contre l’installation, en juillet à Banyuls, de cadres vides, dits "Géovision", constituant des lucarnes touristiques sur le patrimoine de la ville. De Figuères, initiateur du concept semblable de "Points de vue", composé de 12 encadrements installés à Collioure depuis 1995, a mis juridiquement en demeure l’emprunt banyulenc et argue "Imiter c'est contrefaire", mais Banyuls rétorque cette semaine qu’il s'offre une "publicité à peu de frais", l’avocat de la Ville avançant un "manque de sérieux de la requête". En réalité, l’invention artistique de l’idée pourrait revenir au cinéaste britannique Peter Greenaway, installateur, en 1994 à Genève, de 100 cadres similaires, lors d'un événement baptisé "The stairs", soit "Le cadrage", à moins que lui-même ne soit plagiaire du concept des "Empty frames", ou "Cadres vides", répandu aux USA. Pour l’heure, Marc-André de Figueres, protégé par le Code de la Propriété Intellectuelle, accuse le coup, dans une attitude où l’art s’approche plus de la légalité que de la créativité.