SOCIÉTÉ

Manuel Valls, victime d'outing à Perpignan

Une journaliste interroge en catalan le ministre de l'Intérieur

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur © AP/PZ
Manuel Valls, ministre de l'Intérieur © AP/PZ
Le ministre de L'Intérieur, de passage en Roussillon le 3 août, a été piégé par la station catalanophone Ràdio Arrels, qui s'est adressée à lui dans sa langue maternelle. Or, plus l'individu est prestigieux, moins le modèle républicain invite à l'usage des langues de France.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, dont l'appartenance catalane est notoire en Catalogne, a dû gérer ce fait malgré lui, le 3 août dans les Pyrénées-Orientales. Venu prendre connaissance à Perpignan des stratégies estivales des pompiers, le ministre préféré des Français a subi un “outing” mené par la radio perpignanaise Ràdio Arrels. L'une de ses journalistes s'adressant à lui en catalan, M. Valls a répondu “Vous me posez un problème : est-ce qu'un ministre français doit parler catalan ?". Rompu à l'exercice républicain de la relégation des origines au cadre domestique, l'ardent représentant de l'Etat a ainsi subi un authentique “outing”, consistant à révéler publiquement une facette intime. Pour éviter l'incident, le ministre piégé a donné une interview en catalan à la station gênante, utilisatrice, comme les habitants du territoire, de la prononciation correcte “Valls” et non “Vals”.

Une schizophrénie en France

Le patronyme ministériel, patrimonial en Pays Catalan, illustre une diversité républicaine précisément prônée par l'intéressé au nom de la cohésion sociale. Mais en intervenant ouvertement dans l'une des langues françaises, la puissance publique aurait montré une diversité linguistique incompatible avec le modèle républicain. Cette attitude serait apparue, comme elle l'a partiellement été, schizophrène en France, contrairement à l'Espagne ou au Royaume-Uni.