SOCIÉTÉ

Manuel Valls à Argelès, contre la délinquance estivale

Le déplacement des problématiques des banlieues est habituel

Manuel Valls, ministre de l'Intérieur / DR
Manuel Valls, ministre de l'Intérieur / DR
La station littorale d'Argelès, la plus célèbre des offres touristiques du Roussillon en France, reçoit une nouvelle fois la visite du ministre de l'Intérieur. L'actuel titulaire, Manuel Valls, y observe le dispositif spécial mis en place par la gendarmerie, face aux phénomènes de délinquance estivale.
Le ministre de l'Intérieur effectue régulièrement en Pays Catalan, au moment culminant de la saison d'été, une visite stratégique à visée médiatique. Sur le principe d'un passage en ce sens de Brice Hortefeux, le 8 août 2010, cette opération est prévue le 3 août 2012. Elle a pour but est de démontrer la maîtrise opérée par l'Etat en matière de prévention des faits de violence directement liés à la sociologie touristique, et revient à Manuel Valls. Selon l'intitulé communiqué le 2 août par la préfecture des Pyrénées-Orientales, une visite intitulée “renfort de la sécurisation pendant la période estivale”, débutée au Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de Perpignan, doit permettre de présenter les “enjeux du département en matière de risques naturels majeurs et des politiques de prévention”. Une analyse des “gros incendies récents”, dont celui débuté au Perthus le 22 juillet, est prévue, avant un déplacement à Argelès. La plus célèbre des stations littorales du Roussillon auprès de la clientèle française reçoit la visite ministérielle, pour une présentation du dispositif de renfort de sécurisation estival, à vocation spécifique et temporaire, mis en place par la gendarmerie nationale.

Argelès et le tourisme des banlieues  

Le choix envers Argelès n'est pas anodin, compte tenu des épisodes de délinquance observés lors de la dernière décennie, démontrant un déplacement temporaire des problématiques des banlieues du Nord de la France. Selon un principe de réalité indépendant de l'alternance politique de l'UMP vers le PS, l'Etat cible ses efforts de terrain et de communication dans la ville du camping, récemment assimilée, sur une publicité nationale, au low cost et aux destinations à éviter.