ECONOMIE

Le dernier tunnel TGV de Girona est percé

La fin symbolique du creusement est prevué ce jeudi

Le tunnelier "Gerunda", février 2010 © ADIF
Le tunnelier "Gerunda", février 2010 © ADIF
La construction de la ligne TGV en continu de Perpignan à Barcelone tient ses délais, avec un événement de taille. La dernière partie du dernier tronçon de tunnel creusée à Girona depuis plus d'un an, s'est en effet achevée ce mardi. Cette portion de 1,5 km, a été percée en seulement trois mois.
La dernière partie du second et dernier tunnel nécessaire au passage de la future Ligne à Grande Vitesse à Girona est percée, selon un communiqué, en date de ce mercredi, de la société publique espagnole ADIF, en charge des travaux. Les travaux avaient débuté le 6 avril au départ du secteur du Parc Central de la ville, où une gare multimodale est en cours de construction. D'une longueur totale de 1,565 km, ce tronçon vient ainsi d'atteindre la zone sportive de Fontajau, suivant un calendrier prévu depuis ce printemps. Cependant, si le chantier de creusement est techniquement terminé, une échéance symbolique est prévue ce jeudi, en présence du ministre espagnol des Travaux Publics, José Blanco, chargé d'accueillir le tunnelier "Gerunda" à son point d'arrivée, où il sera démonté. Ce moment historique se déroulera également en présence du ministre-conseiller du Développement durable catalan, Lluís Recoder, du maire de Girona, Carles Puigdemont, du délégué du gouvernement espagnol en Catalogne, Joan Rangel, i du président d'ADIF, Antonio González Marín.

Le gigantesque système de perforation, conçu en Allemagne, a été mis en marche le 24 avril 2010 pour perforer le sous-sol de Girona, depuis la zone d'activités economiques du Mas Xirgu, au sud de la ville. Remontant lentement à bon rythme vers le nord, cet énorme vers métallique est parvenu jusqu'au Parc Central cinq mois après, le 18 septembre, après avoir créé un premier tunnel, de 1,3 km. Parmi les défis de ce chantier figuraient le passage sous le Parc de la Devesa et sous le fleuve Ter, à l'entrée nord, à 37 mètres de profondeur.

Sur l'exemple d'autres chantiers menés dans d'autres régions d'Europe et du monde, les tunnels de Girona ont été accompagnés sur tout l'ensemble de leur parcours de travaux de stabilisation de bâtiments, grâce à la construction de puits de compensation, par lesquels du béton a été injecté dans le sous-sol. La réalisation de ces passages souterrains n'est pourtant pas terminée, car il convient désormais de procéder à de nombreuses opérations, dont la construction de sorties de secours.
La tuneladora "Gerunda" acaba de perforar el primer túnel de Girona, 18 de setembre 2010 © ADIF