ECONOMIE

Perpignan profite à 18% des TGV en provenance de Figueres

Bilan chiffré au bout de 5 mois d'exploitation de la ligne

© La Clau
© La Clau
Les horaires ingrats de la liaison à grande vitesse venant du Sud, vers Perpignan, profitent mal à la capitale du Roussillon. Selon un comptage dévoilé samedi, les habitudes de consommation des passagers sud-catalans se portent davantage sur Paris et Montpellier. A partir de 2012, le Barcelone-Paris profitera davantage à Perpignan, probablement dans une proportion semblable.
Faute de données tangibles disponibles auprès de la SNCF, le seul indice de fréquentation du tunnel du Perthus, affecté à la ligne de haute vitesse, provient d'Espagne. Samedi, la société ferroviaire RENFE a rendu publics les chiffres établis depuis l'ouverture de la ligne, le 19 décembre jusqu'à la fin du mois d'avril. En tout, 62.000 voyages ont été opérés dans le sens Figueres-Perpignan, dont la plupart, environ 40.000, au départ de Barcelone, la deuxième gare de départ étant celle de Figueres-Vilafant, suivie de celle de Girona. En 5 mois d'exploitation, les villes du territoire français qui tirent profit de la ligne sont Paris, avec 19.604 voyageurs, Montpellier, avec 11.721 voyageurs, et Perpignan, avec 6.923 passagers sud-Catalans, soit 18,1% du total. Ces données confirment une tendance esquissée en février dernier, selon laquelle la ville la plus proche de la Catalogne du Sud, Perpignan, ne jouit pas de l'impact le plus important, en vertu de sa position géographique de simple voisin.

Dans le schéma global des réseaux à grande vitesse européens, le tronçon entre Figueres et Perpignan n'est en réalité qu'un premier pas vers la liaison Barcelone-Paris, lancée fin 2012, mais pas un service de proximité entre les deux premières villes. En ce sens, les 39.987 billets commercialisés jusqu'à fin d'avril concernent Perpignan dans une proportion minoritaire, d'autant que l'offre limitée à deux horaires quotidiens dans les deux sens, impropre à tout usage pratique, entrave encore la souplesse de l'usage de la ligne. Le futur TGV direct depuis Barcelone devrait corriger ce défaut, et produire des bénéfices plus francs pour le Roussillon.

Par ailleurs, les travaux de construction de la Ligne à Grande Vitesse entre Figueres et Barcelone, sur 131 km dont 32,9 km de tunnels, avancent à bon rythme au niveau du gros point noir constitué par les deux tunnels de Girona. Le chantier du dernier tronçon du dernier tunnel creusé sous la ville ont repris mercredi 1er juin, après deux semaines de maintenance du matériel. Le tunnelier "Gerunda" doit percer les ultimes 680 mètres pour atteindre le quartier de Fontajau dès la fin de ce mois. Ce délai présente une certaine avance face aux prévisions initiales, selon lesquelles le creusement, préalable au conditionnement des tunnels, devait être terminé en septembre.