POLITIQUE

L'armée française en Pays Catalan, peu affectée par la réforme

Militaires au centre national d'entraînement commando de Mont Louis - 2007
Militaires au centre national d'entraînement commando de Mont Louis - 2007

Le projet de restructuration géographique de la Défense française présenté le 2 juillet dernier au président Sarkozy, qui affectera fortement de nombreuses communes en France, affectera peu la Catalogne Nord, selon la préfecture des Pyrénées-Orientales, qui a tenu à faire le point cette semaine. Les importantes infrastructures militaires seront conservées, à l'exception du Four Solaire d'Odeillo, abandonné sur son aspect militaire, et du Service des essences de Rivesaltes, n'employant plus que deux militaires. En revanche, le bureau du service militaire national de la caserne Mangin dans le centre de Perpignan, qui fait aussi oeuvre de centre de recrutement notamment de la Légion étrangère, reste ouvert, bien que diminué d'une vingtaine d'emplois. Le Centre National d'Entraînement Commando (CNEC) de Mont Louis et Collioure sera quant à lui conservé et même renforcé par 14 nouveaux emplois, mais aucune information n'est donnée sur le sort du Centre Parachutiste d'Instruction Spécialisée (CPIS) de Perpignan. Installée dans la citadelle de la ville, près du Palais des Rois de Majorque, cette structure est une composante discrète du service action de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (DGSE), les services secrets français.