Une chercheuse de l'Université de Girona découvre deux gènes du cancer du pancréas

Marta Pérez-Garay, 34 ans, fait avancer la recherche au niveau mondial

© Medicues
© Medicues
L'espoir avance quant à une éventuelle résolution du cancer du pancréas, mortel dans 96% des cas. L'universitaire Marta Pérez-Garay, du laboratoire de biochimie de l'Université de Girona, a détecté deux gènes déterminants dans le développement de la maladie.
Une jeune chercheuse de 34 ans du groupe de recherche en biochimie sur le cancer de l'Université de Girona, Marta Pérez-Garay a publié début février une thèse dans laquelle elle présente une importante avancée en matière de connaissance du cancer du pancréas. Cette affection, mortelle dans 96% des cas, est l'un des cancers les plus agressifs en ce qui concerne la création de métastases sur d'autres tissus, processus qui ne répond actuellement à aucun traitement. La découverte, par Marta Pérez-Garay, de deux gènes, appelés "ST3Gal III" et "ST3Gal IV", impliqués dans la métastase de cette maladie spécifique, constitue dès à présent une information à résonance mondiale. En effet, la maîtrise des mécanismes de la maladie, qui reste à explorer dans son intégralité, est universellement reconnue comme complexe. Les deux gènes responsables de la création d'une enzyme, par les cellules tumorales, permettent aux cellules anormales de gagner le flux sanguin et ainsi créer les métastases à différents endroits du corps, phénomène rendant la maladie mortelle. Le fait d'avoir identifié la fonction et le mécanisme de ces deux éléments ouvre désormais la porte à l'élaboration d'une stratégie thérapeutique visant à les inhiber, et ainsi développer de nouveaux traitements pour le cancer du pancréas. Cette découverte prend des airs de victoire pour la jeune chercheuse et pour le laboratoire de Biochimie de l'Université de Girona.