Art

32.000 faux bijoux, montres et vêtements, saisis au Perthus et à La Jonquera

25 arrestations, dans le cadre d'une affaire de contrefaçon à grande échelle

Operation policière de saisie de produits de contrefaçon au Perthus-Sud, mardi 21 décembre 2010 © Police nationale espagnole
Operation policière de saisie de produits de contrefaçon au Perthus-Sud, mardi 21 décembre 2010 © Police nationale espagnole
A quelques jours de Noël, un vaste coup de filet contre le commerce illicite du Perthus-Sud et de La Jonquera se conclut par l'interpellation de 25 personnes, présumées liées à la vente de 32.000 bijoux, montres et lunettes de grandes marques. 18 commerces du secteur sont concernés. 
Pas moins de 32.000 vêtements, bijoux et autres articles de contrefaçon ont été saisis ce mardi par la police espagnole au Perthus sous administration espagnole et à La Jonquera. Ces objets, habituellement achetés par des consommateurs français, ont été débusqués dans 18 commerces, lors d'une opération surprise, qui a débouché sur l'interpellation de 25 personnes. Les agents, qui avaient placée la zone en observation depuis plusieurs mois, ont identifié un réseau, bien installé, qui organisait également sur place la commercialisation de montres, lunettes et accessoires de mode. Depuis plusieurs jours, l'ensemble des articles, qui faisait l'objet de soldes de Noël, était proposé à prix cassés. Plusieurs centaines d'imitations de montres de luxe, la plupart vendues aux côtés d'objets originaux, certifiant leur pseudo-authenticité, ont notamment été saisies à l'occasion de cette opération. Par cette action, Le Perthus Sud, appelé "Los Límites", et la zone commerciale de La Jonquera, dévoilent le côté obscur du commerce en secteur frontalier, qui s'avère être aussi une plaque tournante des produits contrefaits, indifféremment vendus par des ressortissants espagnols et français. L'enquête a pu aboutir grâce à la participation de 50 agents, et 15 experts spécialisés dans l'authentification de grandes marques, dont Louis Vuitton, d'articles de valeur. Pas moins de 45 d'entre elles, outrancièrement copiées, ont été identifiées, en partenariat avec la Section des délits contre la propriété intellectuelle et industrielle du Comissariat Général de la Police Judiciaire de Barcelone.