POLITIQUE

Le secrétariat de l'Union Pour la Méditerranée de N. Sarkozy, à Barcelone ?

Palais de Pedralbes à Barcelone, siège de la future Union pour la Méditerranée
Palais de Pedralbes à Barcelone, siège de la future Union pour la Méditerranée
Alors que Paris est la capitale toute désignée de l’Union pour la Méditerranée (UPM) lancée par Nicolas Sarkozy dimanche 13 juillet, le gouvernement catalan a officialisé hier la candidature de Barcelone pour en héberger le secrétariat général, avec un argument de poids : préalablement à la concrétisation d’avant-hier, le sommet « Processus de Barcelone : Union pour la Méditerranée », jetant les bases de l’UPM, a eu lieu dans la capitale catalane en 1995. La légitimité découlant de cette antériorité, ajoutée à la position géostratégique de Barcelone, en première place parmi les grandes villes de transition entre l’Europe du Nord et du Sud, constituent un argumentaire solide pour cette candidature. Le rendez-vous français, qui a réuni 43 dirigeants européens de la rive Sud de la Méditerranée, donne une valeur institutionnelle au projet barcelonais, déjà centré sur la coopération et l’équilibre entre les états du Nord et du Sud. En ce sens, Anna Terró, déléguée du gouvernement espagnol auprès de l’Union Européenne, sous-entendant une nécessaire intervention ibérique, a défendu hier l’idée de « renforcer la présence des pays du Sud » au sein de cette nouvelle Union. Le choix définitif entre le Maroc, la Tunisie, Malte et la Catalogne, est prévu en novembre à Marseille.