MÉDIAS

Le journalisme européen est-il en train d'éclore?

A l'heure de la crise mondiale persistante, où de nouveaux supports médiatiques européens émergent sur la toile, comme Myeurop, l'offre reste faible. Un sérieux handicap à la construction d'un espace démocratique européen.

Parlement Européen, 2010 © James Belvis
Parlement Européen, 2010 © James Belvis
Y-a-t-il un journalisme européen? Globalement, les médias nationaux traditionnels font une petite place à l'actualité européenne dite « verticale » selon l'IRIS (Institut de relations internationales et stratégiques). L'actualité de l'institution Union européenne est présentée sous forme de chroniques spécifiques, limitées à la simple descriptions d'outils. Aucun média global n'est ainsi intégrale consacré à l'espace européen en tant que périmètre de vie. Cette actualité « horizontale », reposant à minima sur un traitement de l'information nationale sous l'angle européen, ou la comparaison entre les différents Etats, reste anecdotique. La chaîne de télévision Euronews annonce un « traitement de l'information internationale sous l'angle européen », mais aucun média n'ose informer directement les Européens sur leur actualité commune, pas plus que sur l'actualité locale d'importance européenne.

L'Europe reste un espace étranger
 
L'écrasante majorité des rédactions, dans chaque Etat de l'Union, classe l'actualité des autres Etats dans le panier des informations étrangères, dans un état de fait qui illustre à merveille l'absence de citoyenneté européenne. Face à la crise, dans une Union soudée par la défense de sa monnaie, l'absence de gouvernance politique sur sa politique économique et monétaire est souvent mise en avant, mais n'est jamais mise en parallèle avec l'absence d'appartenance commune, sur un espace citoyen qui sous-tendrait un espace politique. Or, qui dit "citoyenneté" dit "média". Mais l'Europe médiatique touche quasiment le point zéro : selon une étude de l'Institut National de l'Audiovisuel (INA), en 2007, les journaux télévisés français ont consacré 2,7 % de leur temps à l'Europe, les allemands 4 %, les anglais et les italiens 3 %, et les danois 3,7 %.

Des médias à l'avant-garde, ou suiveurs de la société ?

Le cas de l'Europe est spécial et sa construction, technocratique, n'est pas évidente pour les citoyens des différents Etats qui la composent, jamais réellement convaincus. Le recul démocratique, bien réel, met en évidence la place des médias dans nos sociétés et surtout leur rôle dans un monde de plus en plus régulé par la logique de marché. Ainsi dans une logique économique pure, les médias, pour exister, doivent répondre à l'aspiration des citoyens, très éloignée de l'intérêt européen. La non-existence d'un marché médiatique à l'échelle du continent, préalable nécessaire pour l'édification d'un média de quelque importance que ce soit, condamne l'émergence d'un avant-gardisme en la matière, côté privé : ainsi a sombré le journal The European / L'Européen. Côté public, aucune velléité de la part des Etats ou de l'Union elle-même ne semble voir le jour pour créer un média grand public dédié, comme si l'émergence d'une conscience européenne n'était pas une priorité, ou, qui sait, comme si un contrôle démocratique sur les institutions n'était pas souhaitable.

La lumière pourrait venir de la toile et des citoyens eux-mêmes

Dans ce vide, les Français Renaud de Chazournes et Daniel Vigneron, promoteurs du défunt L'Européen, ont lancé, dans un premier temps, malheureusement uniquement en français, le site de presse en ligne myeurop.info, sur le slogan "regarder ailleurs pour mieux comprendre ici". Dans un second temps, les deux associés ont lancé une version anglaise, autour du concept du traitement de l'information sous l'angle de la comparaison entre Etats. Les principales initiatives dans ce sens sont d'ailleurs souvent issues de la toile et collaboratifs, comme cafebabel.com, le journal citoyen en six langues,eurosduvillage.eu, ou taurillon.org. Toutes les initiatives dans le sens d'un média européen ont en commun d'être issues de la toile. Elle sont le plus souvent participatifs, mais aussi majoritairement françaises, phénomène étonnant pour un pays qui détonne dans la moyenne européenne. Malgré tout, un balbutiement médiatique semble émerger sur la toile, qui pourrait d'ailleurs constituer les prémices d'une révolte citoyenne européenne, l'Europe étant de plus en plus considérée comme una clé face à la crise économique.

Principaux médias européens:

Agence Europe : agence de presse européenne, à Bruxelles. Fondée en
1953 au Luxembourg, elle est considérée aujourd’hui dans le monde comme la principale source d'information sur le continent.
www.agenceeurope.eu

Europolitique : (et son équivalent anglais Europolitics) est un organe de presse indépendant, fondé en 1972 à Bruxelles, qui analyse l’actualité de l’Union européenne et de ses institutions.
www.europolitique.info

European Voice : journal hebdomadaire anglophone né en 1995, propriété du puissant groupe britannique The Economist. 
www.europeanvoice.com

Euronews : chaîne européenne d’information lancée à Lyon en 1993, après avoir été envisagée à València. 
www.euronews.net

Euractiv : réseau de journaux en ligne créé en1999.
www.euractiv.fr

ARTE : chaîne de télévision franco-allemande créée en 1991.
www.arte.tv

Cafebabel : site internet multilingue dédié à l’actualité européenne.
www.cafebabel.com

Euranet : consortium de radios européennes lancé en 2008, autour de 17 stations.
www.euranet.eu

PressEurop : portail d’information multilingue sur Internet, lancé en 2009. Ce site propose chaque jour une sélection d’articles de presse nationale et internationale.
www.presseurop.eu/fr