POLITIQUE

Boycott des cérémonies du 14 juillet à Perpignan

Jean Codognès, conseiller municipal d'opposition à Perpignan
Jean Codognès, conseiller municipal d'opposition à Perpignan

Six élus de l'opposition municipale de Perpignan, autour de l'ex-PS Jean Codognès et Clotilde Ripoull, du Modem, ont annoncé vendredi 11 juillet 2008  qu'ils ne participeraient pas aux cérémonies du 14 juillet pour protester contre une note remise récemment par le maire, Jean-Paul Alduy (UMP). Ce document précise que toute visite dans les services municipaux doit faire l'objet d'une demande auprès du directeur général des services, afin de ne pas perturber leur fonctionnement. En réalité, cette mesure fait écho à la visite impromptue de l'opposition à la Maison de l'Emploi de Perpignan, dirigée par l'épouse du maire. Fidèle à sa stratégie de pression, après les manifestations quotidiennes devant la mairie consécutives aux dernières élections municipales, après les vidéos des conseils municipaux diffusées sur internet, l'opposition poursuit ses actions. Face à la réaction du maire sur ces visites à l'improviste, elle en appelle désormais directement à l'Etat, par l'intermédiaire du ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie. En attendant, c'est en septembre que le tribunal administratif statuera sur la validité de l'élection entachée de l'affaire dite de la "chaussette".