SOCIÉTÉ

Les opposants aux antennes-relais du Roussillon craignent aussi le wifi

Le président du Conseil Général catalan, C. Bourquin, promet de prendre les choses en main

Christian Bourquin i la coordinació « Antenes 66 », al Congrés de batlles nord-catalans, dissabte 16 d'octubre 2010 © Jean-Robert Gatonas
Christian Bourquin i la coordinació « Antenes 66 », al Congrés de batlles nord-catalans, dissabte 16 d'octubre 2010 © Jean-Robert Gatonas
 
La crainte face aux antennes-relais, qui se généralise en Roussillon, s’est exprimée samedi dernier lors du Congrès des maires des Pyrénées-Orientales, à Villeneuve de la raho. Ce vendredi, la coordination Antennes 66 et l’association Robin des Toits 66, qui fédèrent les opposants aux antennes de téléphonie mobile situées à proximité des lieux de vie, assure avoir reçu ce jour-là le soutien de Christian Bourquin. Le président du Conseil Général des Pyrénées-Orientales, interpellé directement par Anne-Laure Mager, porte-parole du mouvement, a promis de recevoir la coordination pour évoquer le problème des antennes et des personnes électro-hyper-sensibles, ou « malades des ondes ». Habitante du quartier Saint-Assiscle de Perpignan, Mme Mager entend réunir les inquiétudes ressenties à Cabestany, Montesquieu, Céret, Millas, Saint-André et Perpignan, en demandant aux élus de « prendre conscience du problème de santé publique lié à l’implantation non concertée de ces antennes ». Mais la lutte engagée concerne aussi le l'Internet wifi, qui fait l’objet d’un plan « Languedoc-Roussillon Haut Débit » financé par la Région dans les communes de montagne. Ce projet en cours, « tout aussi nocif pour la santé » que les antennes, sera débattu avec M. Bourquin, en sa qualité de vice-président de l'institution régionale.