SOCIÉTÉ

La Jonquera: 120 prostituées pour l'inauguration du gigantesque bordel

La construction du "Paradise" a coûté 3 millions d'euros

Vue extérieure du "Paradise" de La Jonquera, région de l'Alt Empordà ©  Falgués Fotografia
Vue extérieure du "Paradise" de La Jonquera, région de l'Alt Empordà © Falgués Fotografia
Si la loi "Marthe Richard" de 1946 a interdit en France les « maisons de tolérance », c'est à dire la prostitution réglementée, les maisons ont bel et bien perduré jusque dans les années1960 à Perpignan. Puis est venu le temps des prostituées du « Carrer de França », la rue de France, à Figueres, discrètement connue par d'innombrables Catalans du nord. Plus récemment, depuis le début des années 2000, les bordels des communes de Pont de Molins, Capmany et La Jonquera, très proches du Roussillon, ont pris leur essor grâce à une clientèle élargie à une bonne partie du Languedoc. Ce jeudi, une nouvelle étape de ce processus sera franchie dans cette dernière commune, avec l'ouverture d'un supermarché du sexe tarifé, le « Paradise ». Dans ce lieu construit pour 3 millions d'euros, 120 prostituées et 80 chambres seront à la disposition du consommateur, dans un cadre parfaitement légal et réglementé en Catalogne du sud. Ouvert de 17h à 4h du matin en semaine, jusqu'à 5h le week-end, ce "Night club show girls", qui interpelle toute la presse espagnole car il s'agit de la plus grande maison close d'Europe, était présenté ce jeudi par son propriétaire. Celui-ci, Jesús Moreno, a déclaré sans complexes le fonctionnement de son établissement : chaque fille s'acquittera de la somme de 70 euros pour exercer, dîner et chambre inclus, et les clients débourseront 60 euros en moyenne, pour 30 minutes de compagnie. Dans ce licencieux « Paradise » équipé de jacuzzis et d'une « salle VIP », 11 suites seront réservées aux clients les plus fortunés, qui pourront devenir membres pour 500 euros. Des spectacles lesbiens sont programmés dans ce lieu d'une capacité de 600 personnes situé à l'écart du bord de la route nationale II, au sud de la zone industrielle de La Jonquera.
José Moreno, propietari del "Paradise" © Agència Catalana de Notícies  Vista exterior del "Paradise" de La Jonquera © Agència Catalana de NotíciesVista interior del "Paradise" de La Jonquera © Agència Catalana de Notícies