ECONOMIE

La Costa Brava a 100 ans et redore son image

La Costa Brava remet en question son modèle économique pour ses 100 ans. Inventée en 1908 par le journaliste Ferran Agulló, dans le journal « La Veu de Catalunya », pour englober le littoral sud-catalan de l'embouchure du fleuve Tordera à la ville de Portbou, cette "Côte sauvage" est l'un des tout premiers labels touristiques artificiels. Les célébrations du centenaire, annoncées mardi par le Patronat du Tourisme Costa Brava, sont vouées à redorer une image écornée par un tourisme de masse créé dans les années 60, amenuisant progressivement l’attractivité du secteur par un foncier anarchique et un tourisme résumé au couple mer-soleil. Dès le 12 septembre et pour un an, une vaste action de communication chiffrée à 4,8 millions d'euros proposera des concerts, de la danse, des expositions et des spots télé. Signe des temps, la présentation de ces événements s'est déroulée au parc naturel du Cap de Creus, dans un contexte de reprise en main du foncier par les autorités, signalé par la fermeture, en 2004, du Club Méditerrannée installé sur ce secteur, où la nature reprend désormais ses droits. Historiquement, l'invention de la Costa Brava précède celle de la Côte Vermeille, en continuité au Nord de Cerbère à Collioure, dont le nom a été lancé en 1912 par Octave Mengel, directeur de l'observatoire de Perpignan, après l'invention de la Côte d'Azur en 1887.