ECONOMIE

La nouvelle version de Paulilles s'ouvre ce samedi

Après avoir été reconvertible en site nucléaire à l’orée des années 1980, puis en Disneyland en 1983, puis en jardin botanique, centre d’aquaculture, complexe sportif, établissement scolaire ou zone immobilière de grand luxe, Paulilles change de peau ce samedi 28 juin. Ces anciennes terres de Banyuls rattachées à Port-Vendres ont vécu de grandes heures industrielles par l’installation d’une usine de dynamite, utilisée pour creuser le canal de Panama et les mines de Batère. Aujourd’hui, loin du temps où le président Léon Gambetta posait la première pierre de l’usine, en 1870, tout un patrimoine mémoriel et économique est remis à jour par le Conseil Général des Pyrénées-Orientales, en charge des 17 hectares du périmètre industriel. Si, à partir de sa fermeture en 1991, l’usine était devenue un lieu de nature, de promenade, de squat et de rave-party, la voilà transformée en "site" après 15 mois de réaménagements comprenant ou préservant une grande halle, la cheminée et la vigie d’époque, un bâtiment d’exposition ou encore un atelier de réparation de barques à voiles latines. Employant parfois jusqu’à 300 ouvriers, Paulilles, qui a aussi produit des engrais et des tuyaux en caoutchouc, reste un exemple d’économie productive donnant lieu à une version touristique.