Logo
sol24º
Barcelona
sol25.6º
Girona
sol26.5º
Perpignan
sol19º
Toulouse

Jeudi 19 juillet 2018. 09:47h
publicitat



Vidéo

Exercice crash d'Avion, Perpignan, avril 2018

Newsletter

Vous recevrez très bientôt les infos de La Clau

Nom


e-mail


     

   


Syndication


Actualité


Economie
15 mètres cubes devaient être puisés par heure, mais la commercialisation serait un échec

L'usine d'embouteillage d'eau de source du Capcir, tuée dans l'oeuf

Dimanche 11.7.2010. 15:00h

Dix ans après l’arrêt de la commercialisation de l’Eau du Boulou, au début de l’été 2000, le projet d’embouteillage d’eau de source du Capcir est stoppé. L’idée de la commercialiser l’eau de la Font dels Animals, située à la limite de la région du Conflent, au nord de la commune de Matemale, avait été formulée en 2003 par la mairie, soucieuse de créer une activité économique pérenne. En février 2005, la préfecture de Perpignan avait validé cette exploitation, qui devait alimenter une usine d'embouteillage. Renforcée par des tests sévères, dont un "pompage de longue durée" en novembre 2004, et l’expertise d’un hydrogéologue, cette unité de production devait prélever un débit de 15 m3 par heure d'eau à partir d’un forage. Une première étude de marché s’était avérée concluante, mais un nouveau diagnostic économique révélé ces derniers jours par la mairie de Matemale, porteuse du projet, se heurte aux marges bénéficiaires de la grande distribution, qui ne rendraient pas compétitive l’eau de source du Capcir. Tuée dans l’œuf, cette initiative économique aurait compléter le réseau des eaux de source et minérales de nos latitudes. Celui-ci est notamment constitué par l'eau Sémillante de la Brasserie Milles, puisée à Canohès, en plaine du Roussillon, l'eau d'Alet, dans le département de l'Aude, ainsi que les eaux de Caldes de Malavella, Sant Hilari Sacalm et Viladrau, dans la province de Girona.

Embouteillage industriel d'eau de source / Jean-Pierre Garcia
Embouteillage industriel d'eau de source / Jean-Pierre Garcia








publicitat

Commentaires

5. didier - Le pecq 11.7.2010. 15.00h

I joint document sur l eau du boulou


4. Enric - Vilassar de Mar 04.8.2017. 18.45h

Llastima que no es comercialitzi en tot el territori català


3. mamie 01.10.2015. 09.45h

c'est trés dommage car il y a des régions ou elle n'est pas distribuée etpourtant quand on y a goutté on trouve les autres eau de source amères car la sémillante est excellente


2. Sergio 01.4.2017. 23.45h

L'étiquette n'est probablement pas seule en cause. Aucune raison pour que cette source ne soit pas aussi compétitive que Milles ou Alet. Quelqu'un pourrait-il nous éclairer sur les actions souterraines (c'est le cas de le dire !)


1. judel.66 01.4.2017. 15.30h

il faut dire que le nom et les etiquettes etaient idiots....c'est un peu comme pour certains vins , qui va acheter du ""ninet de pene"" ,ou du "" malcarat "" ; ou du"" nyandei"", beaucoup dans notre pays n'ont pas compris l'importance du nom et de l'etiquette sur un linéaire de boutique...


5 -10 -20 -Tous
1



Commentaires

Votre commentaire, envoyé avec succès, sera validé très bientôt.
publicitat


Les commentaires liés aux informations publiées par La Clau engagent exclusivement la responsabilité de leurs auteurs et ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de La Clau.
© la-clau.net, 2006-
Blogs | Crédits | Mentions légales | PUBLICITÉ | CONTACT
some rights reserved   generalitat