LA THT enterrée serait tout aussi dangereuse

La THT, dont les épisodes constituent un authentique feuilleton, présente un nouvel épisode contradictoire : l’enfouissement de la ligne à 400.000 volts, présenté par le coordinateur européen Mario Monti, à Girona et à Perpignan, le 13 juin, est contesté par le Collège des Ingénieurs Industriels de Barcelone, selon lequel la solution enterrée, même partielle, entre Baixàs et Santa Llogaia d’Àlguema, comporte un « important impact écologique ». Dans un communiqué discrètement livré en fin de semaine dernière, cet organisme professionnel affirme que les travaux et la ligne affecteront l’environnement et ajoute « La solution la plus recommandable d’un point de vue technique et économique est une ligne totalement aérienne », et rappele que le modèle européen est lui-même aérien. Le Collège calcule un coût d’enfouissement « 10 à 15 fois supérieur (…) à une connexion aérienne », bien plus élevé que l’analyse courante en Catalogne Nord, évaluant le surcoût de 5 à 6 fois supérieur. La confusion et la persistance de la frontière dans le domaine de l’information sont un élément permanent du dossier THT. Cette semaine, une information indépendante assurait que les travaux entre Le Perthus et Sentmenat (région de Barcelone) supposeraient la destruction d'un million d'arbres.