Revista

Peut-on critiquer la jeunesse ?

On a beau la dire en manque de vocations et assistée, ou inventive et généreuse, la jeunesse reste l'avenir de la vieillesse ! Enfants, pre-ados, adolescents et adulescents, sont autant de cases modernes où les aînés de plus en plus paumés, comme toujours, rangent leurs enfants pour les comprendre. Si la jeunesse de 1968 a montré du doigt le fossé générationnel qui la séparait de ses parents, 2008 est-il si différent ? Si, depuis 40 ans, l'avènement de la "Culture Générale" a amplifié la connaissance, la jeunesse est-elle plus responsable ? L’enfant-roi avec téléphone portable à 8 ans, le "jeune con" stagiaire à 17 ans, ou le demi-marginal de 30 ans, paient-il la fin de l’autorité, ou pire, l'adoration sans bornes de leurs aînés ?