Le gazoduc imaginé en Roussillon émigre au pays Basque

L’Europe valide ce projet et le financement de la THT Roussillon-Empordà

La seule ligne THT enterrée d'Espagne, à San Sebastián de les reyes, Madrid / AP.
La seule ligne THT enterrée d'Espagne, à San Sebastián de les reyes, Madrid / AP.
La réalisation de la Ligne de Très Haute tension entre les communes de Baixas, en Roussillon, et Santa Llogaia d'Àlguema, en Alt Empordà, bénéficiera bien d'une aide européenne de 225 millions. Ce jeudi, la Commission Européenne a enfin officialisé ce financement, déjà annoncé le 6 mai 2009 par la préfecture des Pyrénées-Orientales. Pour cette interconnexion enterrée, Réseau de Transport d'Electricité (RTE) et son homologue Red Eléctrica de España (REE) disposeront chacun de 50% de la subvention. Mais l'exécutif communautaire a aussi et surtout confirmé un projet de gazoduc, intervenu discrètement dans l'actualité catalane en octobre 2009, avec un passage présumé par les plaines du Roussillon et de l'Empordà. Tout compte fait, ce projet, qui pourrait fonctionner à partir de 2015, empruntera le port basque de Larrau, qui relie les territoires de France et d'Espagne, via une convention entre la société française GRT-Gaz, filiale de GDF Suez, et la société espagnole Enagás. Cette réalisation, qui jouira d'une enveloppe de 45 millions, épargnera ainsi la Catalogne. Ces deux annonces ont été formulées par le commissaire à l'énergie européen, Günther Oettinger, dans le cadre de la présentation d'une série de mesures énergétiques globales, comprenant 31 projets dans le secteur du gaz et 12 dans celui de l'électricité.