La THT, enterrée en Catalogne Nord, aérienne au Sud

Les premiers arbres coupés hier, lundi 2 juin, par le Réseau d’Electricité Espagnol, à Bescanó, près de Girona, afin de préparer le terrain aux pylônes de THT, confirment le choix aérien par l'Etat espagnol. L'enterrement de la ligne suscite « d'énormes doutes et inquiétudes » car « cela n'a jamais été fait ailleurs dans le monde » d’après la présidente de la Commission Nationale de l'Énergie espagnole (CNE), Maite Costa, en visite vendredi 30 mai à Girona. D'ici le 15 juin, un rapport technique et une visite du coordonateur européen Mario Monti devraient préciser le projet, validé par le sommet franco-espagnol du 30 juin à Saragosse. Le débat s'accélère avec l’avertissement adressé par la présidente du CNE aux habitants sur des coupures d'électricité intempestives prévisibles en l’absence de THT, et une entrave au fonctionnement du TGV. Les interrogations affectent également l'indemnisation des propriétaires de terrains traversés par la ligne à 400.000 volts, évaluée à 1500 euros par pylône, avec un supplément de 1000 euros par hectare occupé. Le silence actuel du collectif nord-Catalan « Non à la THT » et la possibilité d'une solution différente de part et d'autre des Pyrénées, car la promesse d'enfouissement est faite au Nord, crée un précédent dans ce dossier global européen.