Art

Conclusions d'enquête ridicules à Elne

L'affaire du saccage du cimetière d'Elne est le fait d'un déficient mental de 21 ans, Simon D., employé au Centre d'Aide par le Travail de la zone industrielle voisine, placé en garde à vue cet après-midi. Résidant chez sa tante à quelques centaines de mètres de là, le jeune homme, qui souhaitait attirer l'attention sur lui, a avoué son acte par un coup de téléphone, ce matin à 11h à la Gendarmerie d'Elne. Pour authentifier ses dires, il a conduit les agents près d'un fossé contigu au cimetière, dans lequel il s'était démuni d'un spray de peinture. Cette affaire, aux spéculations démesurées face à une logistique et une intention dérisoires, interroge sur la maîtrise d'une cabalistique codée de la part d'un individu privé de moyens intellectuels. Sur un plan institutionnel, les actes récriminés ayant convoqué sur les lieux le procureur de la République, le préfet des Pyrénées-Orientales, le conseiller général du canton, M. Marcel Mateu, et M. le maire d'Elne, Nicolas Garcia, lui-même contacté par Mme Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, le malheureux but est pleinement atteint. Le maire annonce une cérémonie sur place, en présence de Mr Marceau, évêque de Perpignan-Elne, ce mercredi 4 juin dans l'après-midi.