Art

248 tombes dégradées au cimetière d'Elne

248 tombes du cimetière d'Elne ont subi une dégradation dans la nuit de samedi 31 mai à dimanche 1er juin. Des croix descellées, des tags de type "666", "Satan", et croix renversées, ainsi que des pots de fleurs brisés, constituent l'essentiel de cet acte de vandalisme, perpétré dans le carré Nord-Ouest du cimetière dit "nouveau", accolé à la zone industrielle, route de Latour-Bas-Elne. L'enquête, menée dès le matin par la Gendarmerie, avance une hypothèse satanique, selon l'usage de rigueur lors de cas semblables. En contraste avec un communiqué sensationnaliste de l'Agence France Presse relatant une "profanation", des sources proches de l'enquête avancent le terme de "dégradation", aucune sépulture n'ayant été ouverte. Cependant, l'envergure des dégâts, à hauteur de 248 tombes selon la police municipale et 246 selon la Gendarmerie, évoquerait une entreprise logistique organisée, au delà d'un simple vandalisme. Selon les gendarmes, il ne s'agit pas d'un "coup de folie de quelques jeunes gens" mais d'une acte préparé, "bien ficelé". Le cimetière, interdit au public vers midi après la visite du procureur de la République, est placé sous surveillance de la police municipale d'Elne afin de laisser le champ libre aux relevés effectués par la compagnie de gendarmerie de Perpignan, chargée de l'enquête.