SOCIÉTÉ

Les vaches des Albères, abattues au Nord, seront protégées au Sud

Programme de protection de la race autochtone lancé par la députation de Girona

Vache des Albères (Photo : Xavier Pi, ACN - Agence Catalane d'Informations)
Vache des Albères (Photo : Xavier Pi, ACN - Agence Catalane d'Informations)
La préservation de la diversité occasionne des procédures administratives contrastées entre le Nord et le Sud de la Catalogne, plus d'un an après une polémique survenue au pied du massif des Albères. Le 18 août 2008, un arrêté préfectural émis à Perpignan avait donné lieu à l'abattage de 23 spécimens de vaches de variété "massanesa", également nommée "fagina" ou "des Albères", qui avaient molesté des promeneurs dans le village de Montesquieu. Mais une campagne de protection de ces mêmes bêtes vient d'être lancée, cette semaine, par la Députation de Girona, qui prévoit de scinder ces vaches historiques en plusieurs troupeaux, pour en développer la population jusqu'à plus de 1000 têtes et ainsi garantir leur survie, au nom de la diversité. Actuellement, les 400 dernières vaches "des Albères", une race autochtone en voie de disparition, sont pour la plupart regroupée dans le village sud-catalan d'Espolla, voisin de Banyuls, tandis que d'autres vivent dans le massif en question, à cheval que le territoire français et le territoire espagnol. Dès 2010, environ 250 vaches seront déplacées vers d'autres zones de la province de Girona, comme Les gavarres et la Garrotxa. La vache de l'Albera a pour vertu de nettoyer les sous-bois mieux que les autres, car elle consomme des espèces ligneuses, et permet ainsi d'éviter les incendies.