SOCIÉTÉ

Mobilisation contre les antennes de téléphone portable

La méfiance envers les relais de téléphonie mobile arrive à Villeneuve de la Raho, en plaine du Roussillon, où une pétition intitulée « Réagissons » a recueilli 700 signatures en avril. En opposition au dispositif d’antennes installé sur le château d’eau du village, cette action interpelle Jacqueline Irlès, député-maire de la commune, qui a diligenté une étude, en partenariat avec la Communauté d’Agglomération Perpignan-Méditerranée, chargée, avec la municipalité, des conventions signées avec les opérateurs. L’éventualité d’un déplacement des antennes se profile déjà. L’association « Un mât pour les ondes », à l’origine de cette campagne basée sur le principe de précaution, vient de clore la pétition, dans une volonté de coopération. En milieu urbain et rural, sur les points en surplomb des habitations, la tentation d’installer des antennes est grande, sous la pression des usagers, et des loyers versés par les opérateurs aux collectivités. Les nuisances liées aux ondes électromagnétiques des systèmes de téléphonie, qui divisent les scientifiques, provoqueraient parfois des démangeaisons, des migraines ou des vertiges, toutes affections absentes du débat à Villeneuve de la Raho, où une réunion sur le déplacement des antennes est prévue le 10 juin.