POLITIQUE

A Perpignan, l’opposition brandit l’arme du web

L’agitation douce entreprise par l’opposition municipale de Perpignan s’élargit par la diffusion, sur un site français de partage de vidéos, d’extraits choisis du dernier Conseil Municipal, tenu le 28 avril 2008. Lors de la séance, aux allures marathoniennes, la composante Modem de l’opposition avait théâtralement capté les interventions en vidéo amateur à la barbe de la majorité municipale et à la surprise de tous, le parti arguant qu’« Etre démocrate, c'est favoriser l'information et l'accès à la connaissance pour le plus grand nombre. Filmer le conseil municipal est un droit à l'information ». Cette action, de style incomparable aux méthodes de François Bayrou, crée un précédent en Catalogne Nord. Grâce aux technologies accessibles, les vidéos, réalisés par une caméra subjective qui fixe les réactions de la majorité municipale lors des interventions de l'opposition, constituent à elles seules un média orienté. Les extraits reprennent les points litigieux du dernier conseil municipal, dont la cession de onze immeubles du quartier Saint-Matthieu pour un peu plus de 500.000 euros, et les derniers aménagements du stade Aimé Giral.