SOCIÉTÉ

A Roses, 300 propriétaires s'opposent à l'expropriation

300 des 400 propriétaires de la zone résidentielle de Santa Margarida ont manifesté leur désaccord jeudi 8 mai après le début des convocations d'installation des panneaux d'expropriation de la bordure immédiate du canal. Ces habitants disposent d'un délai de 15 jours pour s'opposer à la procédure de l'état espagnol. En effet, en vertu de la loi côtière de 1988, équivalent de la Loi littoral française, 400 propriétaires, majoritairement français, dont une grande partie de Catalans du Nord, se sont vu signifier l'expropriation d'une bande de 6 à 20 mètres de leur propriété en bordure directe du canal. Le président de l'association des riverains, Frédéric Macau, dénonce une véritable spoliation et prédit que ces maisons, pour certaines équipées d'un ponton privé, perdront la plus grande partie de leur valeur. La mise en vente a d'ailleurs déjà commencé dans quelques cas. A terme, cette procédure littorale pourrait concerner jusqu'à 3000 propriétés. Santa Margarida, doté de 16 km de canaux navigables, symbolise le tourisme de standing, permanent et majoritairement étranger.