POLITIQUE

Le catalan s'invite dans les institutions

Le débat s'accélère sur la place des langues en France et c'est au sein des institutions que les revendications se font pressantes. Mercredi 7 mai, neuf ans jour pour jour après la reconnaissance par la France des langues régionales, Daniel Mach, député UMP des Pyrénées-Orientales plutôt connu pour ses positions conservatrices en faveur des femmes au foyer ou face au rappeur Monsieur R, s'est exprimé en catalan dans l'hémicycle de l'assemblée nationale lors du débat sur la place des langues régionales en France. Au-delà de la simple revendication sur la place de ces langues, l'élu au style vigoureux a fait un véritable plaidoyer pour « sa » langue, particulière puisque « parlée par 10 millions de personnes dans le monde ». Après les déclarations du nouveau préfet des P.O., Hugues Bouziges, lors de sa prise de fonction en juillet 2007, puis le vote, le 10 décembre 2007 par le Conseil Général des P.O., d'une charte en faveur de la langue catalane qui déclare celle-ci langue co-officielle du département, et l'irruption du catalan au conseil municipal de la Ville de Perpignan, lundi 28 avril, par l'intervention du conseiller municipal d'opposition de gauche Enric Vilanova, c'est une évolution majeure et inattendue qui semble se dessiner.