Art

Le maire de Saint-Cyprien Jacques Bouille se suicide dans sa cellule

L’élu, âgé de 62 ans, avait averti il y a trois mois de menaces sur sa santé mentale

Jacques Bouille (archives)
Jacques Bouille (archives)
Jacques Bouille, maire de Saint-Cyprien, conseiller général de la Côte Radieuse et président de la Communauté de communes Sud-Roussillon, âgé de 62 ans, a mis fin à ses jours dans la nuit de samedi à dimanche, vers 3h, dans sa cellule de la prison de Perpignan, en employant la ceinture de son peignoir. Né à Latour-Bas-Elne, en plaine du Roussillon, élu maire pour la première fois en 1989, le Docteur Bouille, dont la gestion des affaires municipales, par un train de vie somptuaire, une passion effrénée pour l’art, des arrangements immobiliers, et, plus globalement, un réseau d‘intérêts dont les ramifications restent partiellement mises à jour par la justice, a débouché à ce jour à 11 arrestations et trois incarcérations, dont la sienne, le 17 décembre 2008, pour "prise illégale d'intérêts et corruption". Dans un courrier rédigé au début du mois de février 2009, M. Bouille, dont la demande d’exclusion l’UMP avait été prononcée le 5 janvier, avait averti que sa santé psychique encourait dans un contexte carcéral. Dans ce qui s’avère avoir une forme d’avertissements ultimes, l’élu avait par deux fois demandé sa remise en liberté, par deux fois refusée. Son incarcération avait été dictée en tant que mesure préventive, dans le but d’éviter toute pression exercée sur les témoins des affaires instruites.