Perpignan. Aude Vivès, nouvelle présidente de l’Agence de Développement Touristique

Une avocate de gauche pour présider aux destinées promotionnelles du territoire

Aude Vivès-Albertini, nouvelle présidente de l’Agence de Développement Touristique 66 © Prades en collectif
Aude Vivès-Albertini, nouvelle présidente de l’Agence de Développement Touristique 66 © Prades en collectif

L’avocate et élue de gauche Aude Vivès est nommée présidente de l’Agence de Développement Touristique des Pyrénées-Orientales. Elle annonce pour 2022 l’ébauche d’une agence d’Attractivité départementale.

L'Agence de Développement Touristique des Pyrénées-Orientales (ADT66) a pour nouvelle présidente Aude Vivès-Albertini. Cette avocate parisienne a été désignée vendredi 19 novembre. Engagée à gauche, cette conseillère départementale du canton des Pyrénées Catalanes, est également élue de la Communauté de Communes Conflent-Canigó. Elle est aussi conseillère municipale d’opposition à Prades, où elle a concouru contre Jean Castex en 2020.


Lire aussi :
Le tourisme français limite la casse et sauve les nuitées en Pays Catalan

Aude Vivès, avocate spécialisée dans le respect de la propriété intellectuelle et les technologies digitales, a été nommée avec l’appui d’Hermeline Malherbe, présidente du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales. Parmi ses premières intentions stratégiques, elle affirme par communiqué l’échafaudage, dès 2022, d’une “Agence d’Attractivité départementale dont le Tourisme sera la tête de pont”.

Du tourisme social pour l’avenir

La nouvelle présidente souligne que “tous les types de touristes doivent pouvoir être accueillis avec leurs spécificités : les familles, les touristes d’affaires, les anciennes comme les nouvelles générations, les personnes atteintes de handicap, celles qui socialement pour des raisons diverses pourraient en être éloignées”. Elle souhaite “faire monter collectivement en gamme” les infrastructures  et créer des “filières qualitatives” et annonce la “refonte du marketing territorial”, ainsi qu’un “renforcement des échanges” avec la région “Occitanie”.

Enfin, l’avocate défend tous les atouts des Pyrénées-Orientales et cite en dernière position la “catalanité”, érigée en domaine à part entière par effet de relativisme jacobin. Cette notion est dissociée de la culture, du patrimoine, de l’agriculture, de la gastronomie, de l’oenologie, du développement économique, de l’environnement et des solidarités, autant de notions abordées en tête de ses priorités.

Lire aussi :
Le tourisme en Pays Catalan est-il vraiment de l’économie ?

Esteve Valls