SOCIÉTÉ

4 ans après, mystère total sur le crâne remonté par un chalutier de Roses

La victime est un homme assassiné entre 1997 et 2002

© ACN
© ACN

En 2017, un chalutier du port de Roses a remonté dans ses filets les restes d’un homme assassiné 15 ans auparavant. Le mystère est entier sur l’identité de la victime.

Après l’affaire du mystérieux corps en décomposition rendu par la mer, à Portbou, le 29 décembre 2020, un autre cas à résoudre persiste à une vingtaine de km au Sud. Le 4 octobre 2017, un chalutier du port de Roses a remonté des eaux un fémur et un crâne humain perforé par quatre balles. Ces restes humains, remontés par les pêcheurs entre le Cap de Creus et les îles Medes, ont été identifiés lors de la remontée des filets, vers 17h, dans le secteur de Port de la Selva. L’affaire a été mise dès lors entre les mains du tribunal de Figueres.


Si l’hypothèse d’un crime ne fait aucun doute, l’énigme reste entière sur l’identité de la victime. Un rapport de médecins légistes, rendu en mai 2020, indique qu’il s’agit d’un homme, que deux perforations du crâne sont dues à une seule balle traversante et que les deux autres ont été produites par deux balles différentes. Le crâne a aussi subi trois coups, assénés avec un objet ou résultant d’une chute sur des rochers.

La liste des morts sans nom s’allonge

Une extraction ADN a été effectuée, ainsi qu’une analyse des os, selon laquelle le mystérieux individu est décédé entre 1997 et 2002. Une enquête pour homicide, ouverte en juin 2020, a permis de comparer l’ADN avec d’autres échantillons issus de personnes disparues ou de cadavres, sans succès. Mais le tribunal de Figueres a préféré clore le dossier, de sorte que l’inconnu allonge la liste des morts anonymes des eaux de la Costa Brava, qui comporte aussi un adolescent retrouvé au fond de la mer en 2018 à Lloret de Mar et un crâne identifié en 2012 à Tossa de Mar.

Lire aussi :
L’été meurtrier des côtes sud-catalanes : 21 noyés

Laura Pardineille