SOCIÉTÉ

Elne relance son Conseil local de santé mentale

Le Covid et la situation sociale accentuent la fragilité individuelle

Présentation du Conseil Local de Santé Mentale d'Elne, le 7 octobre 2021 © Mairie d'Elne
Présentation du Conseil Local de Santé Mentale d'Elne, le 7 octobre 2021 © Mairie d'Elne

Le “Conseil Local de Santé Mentale” illibérien (CLSM) est relancé par la mairie d’Elne, en partenariat avec l’Hôpital de Thuir, afin d’épauler les plus fragiles.

La mairie d’Elne relance un dispositif d’accompagnement en matière de bien-être psychologique et psychique. Cette initiative est menée en partenariat avec le Centre Médico Psychologique (CMP) implanté dans la commune, et le centre hospitalier Léon-Jean Grégory de Thuir anciennement “Hôpital psychiatrique". Une première réunion publique destinée à présenter le “Conseil Local de Santé Mentale” illibérien (CLSM) s’est déroulée le 7 octobre au cinéma Vautier, en présence du docteur Carlos Cruz, en poste à Thuir.


L’instance présentée devra répondre aux statistiques nationales, selon lesquelles 20% de la population est atteinte d’un trouble psychique, tandis que le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 10-25 ans, après les accidents de la route. “La population illibérienne n'y échappe pas”, souligne la mairie dirigée par Nicolas Garcia (Parti Communiste). “La pandémie a révélé l'importance du sujet”, a déclaré Emmanuel Macron, le 28 septembre à Paris, lors des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie.

La municipalité d’Elne et le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) s’associent au Centre municipal de santé, inauguré en avril., pour “améliorer la prise en charge des personnes ayant des troubles psychiques”, précise la mairie. L’instance relancée reçoit une mission importante, car l’augmentation de la population d’Elne et “les besoins de cette population dans le champ de la santé mentale, dus à la situation sociale et à la crise du Covid, justifient de poursuivre le travail en partenariat pluridisciplinaire”.

Lire aussi :
Perpignan s'inquiète de la santé mentale de ses habitants

Isabelle Fajal