SOCIÉTÉ, POLITIQUE

Le Collectif Franco-Algérien 66 dénonce l’influence de Zemmour

Le polémiste est donné entre 12 et 15% selon un dernier sondage

Éric Zemmour © Communication Éric Zemmour
Éric Zemmour © Communication Éric Zemmour

La réduction des visas accordés aux Maghrébins est dénoncée par le collectif Franco-Algérien 66, qui observe une ““zemmourisation des esprits”.

En vue de l’élection présidentielle des 10 et 24 avril 2022,  la révélation du potentiel électoral du polémiste Éric Zemmour inquiète le collectif Franco-Algérien 66. Son représentant, Farid Mellal, dénonce la réduction de délivrance des visas, à hauteur de 50%, aux ressortissants du Maroc, d’Algérie, et de Tunisie. Cette décision du Président de la République, Emmanuel Macron, instaure un “climat nauséabond” témoignant d’une “zemmourisation des esprits”, selon l’association.


La mesure gouvernementale “met à l’index une population stigmatisée depuis toujours” tout en risquant de “toucher gravement les échanges familiaux de Françaises et de Français d’origine maghrébine”, un état de faits qui instaurerait une “citoyenneté à deux vitesses”, estime le collectif Franco-Algérien 66. Il observe une “grave pollution du débat public” par la promotion des “thèses les plus extrémistes” et décrit Éric Zemmour comme un auteur “qui en appelle à la pureté de la race française”, dans un “degré d’ignominie invraisemblable”.

Zemmour, à 17%, peut être au second tour

Le dernier sondage Ifop-Fiducal commandé par la chaîne LCI et le journal Le Figaro, publié lundi 4 octobre, crédite Eric Zemmour de 12 à 15% d’intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle. Celui-ci, qui ne s’est pas déclaré candidat, érode la candidature de Marine Le Pen (Rassemblement national), qui passe de 18 à 21% depuis la dernière étude réalisée par le même institut. Mais une autre étude, réalisée par Harris Interactive et publiée ce mercredi 6 octobre, ouvre les portes du second tour au journaliste  d’extrême droite. Il figure en deuxième position des intentions de vote, à 17%, devant Marine Le Pen, qui recule à 15%.

Lire aussi :
Perpignan: le Conseil départemental porte plainte contre Zemmour
Aliot défend Marine Le Pen contre Zemmour

David Senyarich