SOCIÉTÉ, ENVIRONNEMENT

A 60 km de Perpignan, les volcans d’Olot “ne sont pas morts”

Les probabilités d’éruptions demeurent très faibles

Volcan de Santa Margarita, commune de Santa Pau, région de la Garrotxa, Catalogne du Sud © Garrotxa Turisme
Volcan de Santa Margarita, commune de Santa Pau, région de la Garrotxa, Catalogne du Sud © Garrotxa Turisme

La zone volcanique de la Garrotxa, autour de la ville d’Olot, peut renouer avec son activité ancienne à tout moment, mais les risques d’éruptions son très faibles.

A une soixantaine de kilomètre de Perpignan à vol d’oiseau, les volcans du secteur d’Olot, sont-ils définitivement inoffensifs ? Cette question est posée dans le contexte de l’actualité liée à l’éruption du volcan de la Cumbre Vieja,  à La Palma, dans l’archipel des Canaries. La région de la Garrotxa, qui jouxte le Vallespir, est un territoire volcanique, auquel s’ajoutent les régions de l’Empordà et la Selva.


Aucune éruption n’est signalée dans les volcans de la région depuis 11.000 ans, mais cette région “n’est pas morte” en matière d’activité volcanique, selon le géologue Llorenç Planagumà. Cet experts assure que l’absence de signaux n’est pas  nécessaire définitive, car l’activité dédiée n’obéit à aucun signe. Le secteur “peut de réactiver à tout moment”, selon ce spécialiste, car la Garrotxa est une région volcanique vivante. En complément de cette information, le vulcanologue Josep Maria Mallarach souligne qu’il pourrait s’y “identifier une activité”, mais que les probabilités d’éruptions sont “très basses”.

Les volcans de la Garrotxa sont semblables à celui de la Cumbre Vieja, entré en éruption dimanche 19 septembre. L’analyse de leurs magmas, de style stromboliens, révèle qu’il s’agissait de volcans rouges, dégageant une lave relativement fluide, répandue en coulées relativement lentes. Leur éruptions, classées parmi les plus tranquilles, étaient différentes de celles du volcan sicilien de l’Etna, dont les violentes éruptions verticales s’accompagnent de grandes quantités de gaz et de liquides.

Lire aussi :
Le nuage de souffre du volcan des Canaries arrive en Pays Catalan

Esteve Valls