ECONOMIE

TGV Perpignan-Montpellier : après 2040

Une échéance lointaine, précédée d’un chantier qui débuterait en 2029

A gauche, le préfet de la région “Occitanie” et de la Haute-Garonne, Etienne Guyot © Préfet de la région Occitanie, Préfet de la Haute-Garonne
A gauche, le préfet de la région “Occitanie” et de la Haute-Garonne, Etienne Guyot © Préfet de la région Occitanie, Préfet de la Haute-Garonne

La grande vitesse entre Béziers et Montpellier n’arrivera pas avant 2033-2034, selon le préfet de la région “Occitanie”. Le chantier devrait débuter en 2029. La liaison Perpignan-Montpellier ne sera prête qu’après 2040.

Le calendrier de réalisation de la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Perpignan-Montpellier semble se consolider, vers un fonctionnement effectif  dans la prochaine décennie. Ce lundi 20 septembre, le préfet de la région “Occitanie” et de la Haute-Garonne, Etienne Guyot, s’est risqué à évoquer le lointain horizon 2033-2034 pour la mise en service du tronçon Béziers-Montpellier. Ce délai, en réalité approximatif, dépend naturellement de l’engagement des travaux, en 2029 selon le serviteur de l’Etat. Mais le tronçon Perpignan-Béziers ne sera mis en fonction qu’en 2040 ! Ces échéances interrogent par leur éloignement dans le temps, mais le sujet TGV au départ de Perpignan, vers le Nord, est sujet à des reports multiples depuis une trentaine d’années.


Parmi les dernières avancées du projet, le dossier de l’enquête publique a été communiqué récemment à Paris, tandis que le plan de financement entre Béziers et Montpellier est terminé. Une Déclaration d’utilité  publique (DUP) est attendue en 2022, puis il restera à créer une société de financement entre les différents partenaires : l’Etat est attendu à 40 %, à égalité avec les Conseils départementaux des Pyrénées-Orientales, de l’Aude et de l’Hérault, les Métropoles de Perpignan et Montpellier, ainsi que les Agglomérations du Grand Narbonne, de Carcassonne, de Béziers, d'Hérault-Méditerranée et de Sète, ajoutées à la région “Occitanie”. Les 20 % restants doivent être fournis par l’Union européenne.

Lire aussi :
TGV Perpignan-Montpellier : la France laisse échapper 3,2 milliards d’euros de l’Europe

 

Isabelle Fajal